Archives de Tag: Voyage

4.3 Miles From Nowhere – Fine Chisel Theatre

J’étais en Écosse la semaine dernière pour une petite semaine. Vierge du kilt, ce voyage était ma première fois sur la terre des Highlanders, des cornemuses et du whisky vingt-ans d’âge. Après délibérations et avoir vu le prix exorhitant des hôtels d’Edimbourg, la destination sera Glasgow où il sera facile de se déplacer à droite à gauche, le pays n’étant pas très grand. Le dimanche a été pluvieux mais culturel à Glasgow où j’ai visité la Lighthouse, le musée d’architecture spécialisé principalement sur l’oeuvre du maître en la matière dans le pays : Charles Rennie Mackintosh. Passionant mais pas autant que l’expo du moment sur le philosophe théoricien de l’architecture, l’incroyable et captivant Cedric Price et sa vision totalement nouvelle de la ville donc des interactions humaines par rapport à celle-ci. Soirée sympathique dans un bar nommé le Lebowskis en hommage au film The Big Lebowskis des frères Cohen, avec illustrations aux murs, carte spécialisée dans le russe blanc et cocktails au noms en références au Dude et ses potes comme le Nihilist Cocktail, le Jésus… comment ne pas craquer ? Un open mic acoustique avec des artistes vraiment très bons, très bonne adresse cela dit en passant.
Lundi matin, il fait beau donc en profiter pour visiter Édimbourg. Cette ville pour moi c’est Trainspotting, la fameuse recette du Mars pané, la Mécanique du coeur de Mathias Malzieu et William Wallace… aucune référence à Harry Potter comme beaucoup de monde à priori, désolé j’ai pas intégré ça encore. En arrivant sur place, je comprends pourquoi les hôtels étaient hors de prix, c’est le Fringe. Le Fringe est le plus grand regroupement d’art vivant au monde. Une sorte de off du festival d’Avignon en encore plus gigantesque car internationale !  En arrivant, la sortie du parking se fait directement sur Royal Mile Street et c’est justement dans cette rue que les troupes viennent faire leur show pour attirer les spectateurs. Une cours des miracles géniales où ça chante bien partout, où il y a du déguisement et du maquillage impressionnant, bref l’extase et le tout dans le cadre de la vieille ville. Un vrai bonheur. Après plus de deux heures à regarder des clowns, des glee club talentueux, des performers déjantés, j’allais partir visiter les alentours du chateau quand je les ai rencontré eux : Fine Chisel.

Une troupe de musiciens très colorés qui reprenaient Kiss de Prince avec une énergie dingue avec pleins d’instruments différents. Je les ai filmés mais une histoire de mauvaise configuration d’appareil photo et voilà vous n’aurez qu’une photo, je suis un peu dégouté. Donc ils sonts du sud est de l’Angleterre, talentueux, musiciens, acteurs, déjantés juste ce qu’il faut et souriants. J’ai aimé tout de suite. Ils m’ont donné leur flyer et comme ça, j’ai décidé que j’irais les voir, langue anglaise ou pas.

Deux jours après retour à Édimbourg, il pleut des hallebardes. Quelques expos dont une dans un club de striptease, une queue d’une heure pour acheter les billets et à trois heures direction le Zoo pour voir 4.3 Miles From Nowhere dans la Monkey House. J’arrive un peu en retard, la pièce a déjà commencé et premier étonnement la salle est minuscule. L’impression d’être dans une salle de MJC à la différence près que, la scène est au centre et le public donc autour. Immersion immédiate dans cette histoire mignonne et poétique d’une bande de potes qui ramassent un musicien bohème sur la route d’une soirée costumée. Pas de bol, ils tombent en panne en pleine foret, à 4.3 miles de deux villes et n’ont pas de réseau téléphonique, rien. Un couple en devenir au délire enfantin très mignon,  un autre à l’amour lutte des classes, le tout orchestré et conseillé par le musicien maître spirituel psychédélique cool au milieu de tout ça. C’est une pièce de théâtre classique mais il y a en supplément et en harmonie avec l’histoire des parties musicales chantées, des parties dansées, ils utilisent toute la salle et même les spectateurs comme décor, le tout avec fond sonore une bande originale jouée en live, bref du théâtre comme jamais j’en avais vu, en même temps je n’y vais jamais me direz-vous et vous avec bien raison.

Une heure de pop, de douceur et d’intelligence sur scène avec trois fois rien. Fine Chisel est une petite troupe qui mélange différents arts en un seul avec malice et une urgence adolescente très excitante. Du sourire, des références très amusantes à des films et une petite histoire bien ficelée, bienvenue dans un monde féerique dont vous êtes plus que le spectateur. Bravo.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Pas encore rangé

Paris Paris que je te quitte

L’ennui des grandes villes, Paris en tête. Tu trouves qu’on s’emmerde ?

Non ! Tout est fait pour qu’on reste chez soi. Il y a quarante ans, les gens ne restaient pas chez eux, il n’y avait rien chez eux; Quand vous regardez les films des années 50, vous voyez des rues noires de monde. C’est une manif’ ? Non. Les gens sont dehors comme ça ! On allait au cinéma parce-qu’on n’avait pas la télévision, les frigidaires étaient trop petits donc il fallait toujours aller faire des courses. et puis les cafés étaient mieux chauffés que les appartements donc aller au café, c’était un truc normal, très habituel. Moi, c’est un style de vie qui m’amuse plus parce que j’aime la vie de hasard et que d’avoir rendez-vous, je veux pas être à Los Angeles et être obligé d’appeler pour dire « tiens, je veux te voir, prenons rendez-vous« . Et Paris est en train de devenir comme ça. Faut prende des rendez-vous tout le temps… Rien n’est fortuit. »

Edouard Baer
Interview de Raphael Malkin
Snatch, numéro 3

1 commentaire

Classé dans Citations

Quand Teemu aime l’humour noir icelandais de Dagsson

Hej hej ! c’est moi Teemu, un des canards qui vit dans le pays (Finlande) où quand il neige le 6 mai, on ne réagit pas plus que ça…

Je vous écris car j’ai moi aussi j’ai des trucs nordiques supers à vous faire partager.
Hier, j’étais tranquillement en train de flaner à la recherche d’un bon canard dans Akateeminen Kirjakauppa, notre Fnac locale, ici à Helsinki, lorsque je suis tombé par hasard sur une séance de dédicace d’un auteur Islandais, Hugleikur Dagsson (bon au moins chez eux aussi ils ont des noms à se fendre le bec…). Je me suis donc un peu intéressé à son travail, et très bonne surprise de voir que cet écrivain-râté-artiste-illustrateur faisait des blagues dignes de votre Canard Enchaîné en France…
Le concept de son dernier bouquin Popular Hits ? reprendre des titres de tubes internationaux et les illustrer avec des dessins minimalistes à l’humour maximaliste, parfois même très peu politiquement correct…Bon après, il faut aimer la provoc’ et ne pas être trop fétichiste de ces chansons pastichées… Popular Hits est, vous savez, le genre de livre qui nous font rire tout seul dans le métro.
Si vos journées sont aussi grises qu’ici, n’hésitez pas à les illuminer avec la bonne dose d’humour noir de Popular Hits !!! (ses anciens recueils de BD sont disponibles en français)

Le coup de cœur littéraire de Teemu

Premier exemple avec Talkin’bout My Generation de The Who
(Traduction : De mon temps, les pédales étaient des pédales et les nègres étaient des nègres)

Deuxième exemple avec Sunday Bloody Sunday de U2

1 commentaire

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier, Des Canards dans le Monde

Savez-vous Que Les Canards Survivent En Finlande ? (en direct de Helsinki, SUOMI)

Lotta, Mikka  & Teemu

Lotta, Mikka & Teemu

Moï moï, c’est comme ça qu’on dit bonjour et au revoir, ici au pays du père Noël.
Je me présente, je suis Lotta la cousine finlandaise de Dicky, et je vais être votre correspondante pendant quelques temps, afin de vous faire découvrir de nouveaux horizons et vous donner des bons plans, au cas où vous auriez envie de venir me rendre visite ou de partir en expédition !

Je vous présente mes copains Teemu, en noir, et Mikka en vert, par contre lui il ne sait pas chanter. Sachez que le finnois est une langue aux origines très mystérieuses ( aux racines proches du basque et du hongrois… cherche l’erreur…) et extrêmement complexe, donc n’essayez même pas de prononcer nos noms et estimez vous heureux qu’ils ne comporte que deux syllabes… (le mot le plus long du monde est un mot finnois d’une vingtaine de lettres, tellement long que… je m’en rappelle plus).

Sinon la Finlande, en quelques mots… c’est un pays TRES froid, TRES vide et TRES froid. Et pourtant  des millions des canards, comme moi y vivent, il y a une raison pour laquelle nous sommes là et voulons y rester… la Finlande est un pays TRES coooooooool ! Design, vodka, nokia, ski de fond, hard rock-metal-death-metal-attention-ici-c’est-pas-la-même-chose, mais aussi finnish folk, rap, meatballs, archi, nature, vous saurez tout sur la Finlande, et pourquoi les canards ont stoppé la migration vers les pays chauds ! oui le réchauffement climatique nous arrange, mais nous sommes toujours là, à pêcher dans la mer Baltique devenue banquise géante !! alors voilà une petite sélection de nos photos de vacances d’hiver (qui durent d’octobre à avril) qui vont vous faire comprendre que les -10° que vous pensez ressentir en France sont pour les canards de dernière ligue … et qui surtout vous réchaufferont le cœur !!
Kittos Kittos (merci merci) and Dicky I miss you !!!

Lotta, Mikka & Teemu

Lotta, Mikka & Teemu

Poster un commentaire

Classé dans Des Canards dans le Monde, Photos