Archives de Tag: japonaise

Install de Wataya Risa

Je n’avais pas envie de quitter le Japon après avoir lu Park Life. Le roman n’est pas extraordinaire mais il m’a dépaysé en une centaine de pages. Pas envie de quitter les décors nippons ni envie de me retrouver en rade de bouquin dans le métro pour aller à mon travail, oh ! ça tombe bien, je suis justement à la FNAC ! Bien que j’ai Moi, tout craché de Jay McInerney qui m’attend à la maison bien sagement, je ne peux pas me permettre d’être à cale sèche après trois stations. Je me glisse donc au rayon littérature étrangère, étagère Asie et je cherche un livre petit, japonais et de chez Picquier Poche de préférence. Après avoir fouillé et avoir envie d’acheter quasi la totalité des titres en lisant les quatrième de couverture, je me rends compte que je suis en retard et je prends par hasard Install de  Wataya Risa. Le pitch semble être simple et efficace, la couverture  est pop kawaii comme une photo du magasine fashion Fruits ! , bon au pire ça ne fait que cent pages, je m’en remettrai.
Wataya Risa a écrit Install pendant des vacances scolaires alors qu’elle n’est encore qu’une lycéenne de dix-sept ans. Install raconte l’histoire d’Aoki une jeune lycéenne encore naïve, encore vierge, encore sensible qui décide d’arrêter les cours en pleine années de bachotage intensif pour les concours d’entrée aux grandes écoles. Elle veut croire à l’entourage qui s’y intéresse qu’elle est atteinte de futôkô, syndrome de refus d’aller à l’école mais son malaise est bien plus grand. Elle décide de jeter tout ce qui se trouve dans sa chambre pour repartir à zéro. Elle jette un tas d’affaires, des mangas et un ordinateur ancien n’ayant jamais fonctionné, cadeau de son défunt grand-père pour ne laisser que son lit au milieu de la pièce. Elle sèche les cours et jette tout sans que sa mère ne le sache.
Pendant ce déménagement furtif, elle rencontre un petit voisin de dix ans en vélo qui est intéressé par l’ordinateur en panne et repart difficilement avec. Une chose en amenant une autre, Aoki retrouve ce gamin étrange prénommé Kazuyoshi qui s’avère être un enfant pas comme les autres car il a réinitilalisé l’ordinateur par ses propres moyens et propose à Aoki un travail de cyber-hotesse érotique pendant les heures d’école dont il s’occupe lui le soir. Aoki décide de repartir, comme l’ordinateur à zéro, en acceptant ce travail étrange et excitant à la fois.

Un roman rapide, drôle, actuel et agréable. Je l’ai lu en une journée et je dois avoir passé un moment sympathique. Pas de la grande littérature mais une urgence dans son écriture, une précision incroyable et un mal très contemporain. Le témoignage d’une nouvelle génération prête à tout pour se trouver. Je peux enfin quitter le Japon et tracer direction New York City.

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier

Mes livres cultes, mon chevet littéraire.

C’est pas la première fois que j’y pense. Pas la première fois que j’y réfléchis. Je l’ai commencé une fois mais je l’ai arrêté parce-que je n’y arrive pas. Pourtant… Qu’est-ce que c’est à part faire du name dropping, mettre simplement en liste et  appuyer sur le bouton « Publier » ?
Faire un article sur mes livres préférés m’est quelque chose de difficile. J’ai un attachement tellement particulier à certains bouquins pour des raisons aussi diverses que le moment où ils étaient dans mes mains. J’aime bien savoir pourquoi les lecteurs d’un livre ont choisi ce livre en particulier, à partir de quoi, comment, où et surtout quand est-ce qu’ils l’ont lu.
Les romans sont, pour moi, des voyages mnémoniques. Je me souviens de ma situation personnelle, là et quand je les ai lus et en gros l’état psychologique dans lequel j’étais. J’ai du mal à faire cette liste car elle doit révéler, dans mon esprit, une grosse partie intime quand je ne veux pas dévoiler publiquement alors que ce n’est qu’une simple liste.
Bon, sans rien dire, je vais faire une énumération et rien de plus.  Je ferai peut être, avec le temps, des fiches pour certains d’entre-eux mais ça, le futur nous le dira.

J.D. Salinger
L’attrape-cœur
Hubert Selby Jr.
Le démon
Jonathan Safran Foer
Extremement fort et incroyablement près
Haruki Murakami
Kafka sur le rivage
Haruki Murakami
Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil
Ryu Murakami
Les bébés de la consigne automatique
Chuck Palahniuk
Choke
Hunter S. Thompson
Las Vegas parano
Milan Kundera
L’Insoutenable légèreté de l’être
Douglas Coupland
Génération X
John Fante
L’orgie
Bret Easton Ellis
Les lois de l’attraction
Jay McInerney
Glamour attitude
Jay McInerney
La belle vie
Mathias Malzieu
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi
Frédéric Beigbeder
99 Francs
Michel Houellebecq
Les particules élémentaires
Boris Vian
L’écume des jours
Albert Camus
L’étranger
Roald Dahl
Charlie et la chocolaterie
Nicolas Rey
Un début prometteur

Si vous avez des questions sur ces différents livres ou des observations, n’hésitez pas à laisser un commentaire. 🙂

9 Commentaires

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier