Archives de Tag: fun

FM, a TV show That Rocked !

Mes radars étaient en panne, j’ai manqué le coche, bref je n’en ai pas du tout entendu parler et c’est bien dommage mais, en deux jours, j’ai rattrapé mon erreur en regardant l’intégralité d’une série anglaise très rock nommée FM. On suit les aventures d’un show radio rock animé par le duo déjanté Dom Cox et Lindsay Carol sur les ondes de la radio fictive Skin FM. Leurs déboires sentimentaux, ceux de leur productrice Jane Edward (joué par Nina Sosanya ), des quizz en pub, des problèmes de look, d’alcoolisme ou de mauvais emails, voilà ce qui va rythmer le bon déroulement de l’émission.
Une B.O. de malade mental à coup d’Arctic Monkeys, de Franz Ferdinand, de Jane’s Addiction et autres Futurheads et des invités venant un faire un live pour l’occasion et se moquer un peu d’eux-même avec une énorme auto-dérision comme The Subways (nouvel album Money & Celebrity sort le 12 septembre) Ladyhawke, The Wombats ou The Charlatans. Il n’y a que six épisodes d’une durée de 30 minutes et malheureusement qu’une seule et unique saison. Les dialogues et conversations autour des stars du rock sont très drôles et les situations truculentes.
Le duo est joué par Kevin Bishop  et Chris O’Dowd. Kevin Bishop aka Dom Cox, a un visage qui dit quelque chose sans pouvoir vraiment savoir d’où sur le coup mais, il jouait le frère anglais aux blagues sur les nazis de Kelly Reilly dans l’Auberge Espagnole et l la raison de leur réunion pour un mariage folklorique dans Les Poupées Russes de Cédric Klapisch. Chris O’Dowd aka Lindsay Carol est le compagnon de hotline de Maurice Moss dans la série géniale The IT Crowd mais aussi le cocu pas tenté, présentateur radio dans le film merveilleux A Boat That Rocked ! (Good Morning England !). Il est actuellement à l’affiche de Mes Meilleures Amies de Paul Feig où il joue le rôle du flic rigolo.

Diffusée sur la chaine ITV2, FM ne sera pas reconduite mais grâce à des fans, une version VOST est trouvable sur le net. La série a donné lieu pour moi à la découverte d’un groupe anglais assez conceptuel et génial : Guillemots.   Ca a été aussi l’occasion de me replonger dans The Subways et The Wombats.

Du rock, des délires et de la radio, que demander de plus bordel ?

1 commentaire

Classé dans T.V.

Eastbound & Down – Jonas Brothers

(Un agent de baseball débarque dans le jardin et veut recruter Kenny Powers)

Pat Anderson: Yeah I got some credentials. [sort une carte de crédit noire]. Business account, of course.
Dustin Powers: What’s black? Is black better than gold?
Pat Anderson: Uhh yeah, GOLD might get you Jonas Brothers tickets. BLACK will have all three of them sucking your dick.

Eastbound & Down
S01E06

(Pat Anderson : Oui j’ai une carte de visite. Une carte de crédit bien sur !
Dustin Powers : Est-ce que les cartes noires sont mieux que les cartes de crédit dorées ?
Pat Anderson : Oh ouai, la dorée te permetra d’acheter des billets pour un concert de Jonas Brothers. La noire te donnera les trois te suçant la bite.)

Poster un commentaire

Classé dans T.V.

Ben L’oncle Soul

J’ai découvert Ben l’oncle Soul comme, je pense, à peu près tout le monde il y a quelques mois quand il a sortit sa reprise brillante de Seven Nation Army des White Stripes. Réussir à reprendre si tôt un tube qui a tourné autant, à en devenir un hymne de stade, est un exploit qu’il faut lui reconnaître, un vrai tour de force. Sa force justement ? Savoir faire de cette cover un morceau soul très enjoué qui redonne une seconde vie à une ligne de basse déjà mythique.
Fan de cover depuis toujours, je me suis procuré son premier EP où il y a de très très belles surprises avec notamment Say You’ll be There des Spice Girls et Crazy de Gnarls Barkley dans des versions cuivre soul vraiment très bien foutues avec des arrangements qui sonnent comme à l’époque.
Fort de son succès, son premier album sort le 17 mai dernier avec bien sur la reprise de Seven Nation Army en fleuron et premier titre de l’opus, histoire d’être sur que si quelqu’un fait une écoute sauvage de l’album, il tombe sur le tube dès le début. Treize autres titres derrière attendent leur tour et c’est là que les choses se compliquent. Déjà sur son premier EP, j’avais eu beaucoup de mal avec sa version de Sympathique (je ne veux pas travailler) de Pink Martini, en français sous un rythme reggae, parce que que son flow et le français lui allait moins bien.  Confirmation de cette sensation dès Soulman qui donne l’impression de regarder un long-métrage Disney où il a un interlude musical. C’est horrible de faire cette comparaison mais il faut bien reconnaître que Petite soeur pourrait être parfaite pour une chanson dans un Disney, ça ressemble à Je suis ton Ami dans Toy Story, à Être un homme comme vous dans Le Livre de la Jungle ou une chanson de la Princesse et la Grenouille
Quand on écoute un artiste qui chante bien, a une voix du tonnerre, maîtrise les codes du style, a du swing et qu’il se retrouve dans une production atroce comme celle-là, on a envie tout de foutre en l’air. Ca sent le savon, c’est lisse et ça glisse, aucune prise de risque, pas un moment où ça se déchaine plus qu’un autre… depuis quand la Soul music est aseptisée ?
Le genre continue d’exister avec des nouveaux talents incroyables comme Mayer Hawthorne ou tout simplement Amy Winehouse. Pourquoi Amy Winehouse a aussi bien fonctionné musicalement ? (En mettant de coté sa carrière parallèle dans les tabloïds) Parce que Mark Ronson lui a donné un son unique qui sent la sueur, le vécu, le vintage, le flea market sixties alors que là c’est du American apparel en coton bio qu’on nous refile à écouter, une son policé chiant comme un bar lounge.
Ca se ressent beaucoup pourtant qu’il a écouté Otis Redding en boucle, vénéré comme il se doit Wilson Pickett et eu un début de priapisme incontrôlable devant un live de James Brown, alors pourquoi ne pas mettre en exergue les performances des modèles et péter la baraque en faisant monter l’adrénaline doucement, doucement, doucement jusqu’à un déferlement d’émotions en pleine gueule… (j’ai en tête Try a Little Tenderness par Otis Redding).
De plus, faire de la soul n’est pas une mince affaire mais la faire en français complique l’exercice encore plus. Les paroles tiennent bien la route, elles sont bien cadencées mais le phrasé, même avec le plus beau des efforts, n’est pas fait pour ça. Partir est le titre où la langue dérange le moins parce que c’est plus de la pop, une ballade qui plaira surement beaucoup mais qui s’apparente plus à du Corneille qu’à Little Richard.

A aucun moment les qualités vocales de Ben l’oncle Soul ne peuvent être remises en question, il a une musicalité irréprochable mais allez ! qu’il mouille le costard, que la folie l’emporte, que son prochain enregistrement fassent moins production studio au clic et là, je serais un fan inconditionnel du bonhomme. Je pourrais à ce moment-là retirer cette image Mickey de ma tête quand j’écoute l’album, chose impossible pour l’instant.  Le voir en concert pourrait beaucoup aidé à cela je pense mais mon enthousiasme face à l’album me retient quelque peu.
C’est dommage parce qu’il me fait penser à Sinclair a ses débuts, avec cette idée casse gueule dans un premier temps  d’un musicien passionné qui a cette envie folle et ardue de transformer son style musical préféré en français. Il y a aussi quelque chose de Tété dans l’écriture et le placement vocal.
Ben l’oncle Soul est un sacré artiste au grand potentiel mais qui, à mon goût, a été étranglé dans son génie par une maison de disque voulant à tout prix des paroles en français pour un meilleur carton dans les charts, chanter en français est mode en ce moment.
La soul c’est comme le vin, ça se bonifie avec le temps donc j’ai bon espoir pour lui.

Ben L’oncle Soul
Seven Nation Army

L’album est en écoute sur Deezer aussi : ICI

*photo : Annaïg Anquetil

7 Commentaires

Classé dans Musique, Videos, liens et toute la panoplie

Deux Films, Un Soir

I Love You, Man

Réalisateur : John Hamburg
Acteurs : Paul Rudd, Jason Segel, Rashida Jones

Note : 7/10

Critique fissa : Une comédie pop-corn qu’on pourrait croire être une énième comédie romantique qui termine bien et bien là, il s’agit d’une histoire d’amour mais entre deux mecs qui se rencontrent et qui deviennent amis. Un buddy movie qui fonctionne bien, où il n’y a aucune blague cul graveleuse, où le sourire n’est pas forcé, où on reconnait des conversations qu’on a déjà eu avec des potes, où on s’amuse bien et où on se sent bien en compagnie de ce duo qui fonctionne bien. Pas de surprise, la bande à Apatow qu’on commence à connaître, un divertissement très sympa mais à voir absolument en V.O. bien sur.

Fiche AlloCiné : Ici

Parlez-moi de la Pluie

Réalisateur : Agnès Jaoui
Acteurs : Agnès Jaoui, Jamel Debbouze, Jean-Pierre Bacri

Note : 5/10

Critique fissa : Avignon, un été où les orages sont très présents, différents personnages se croisent dans une maison qui cache plusieurs histoires : un tournage de documentaire, un deuil difficile, un adultère, des mensonges et des rencontres. Des acteurs qui ne se foulent pas parce qu’ils sont criants de vérité, on les imagine comme ça hors caméra, une histoire sans histoire, des dialogues parfois intéressants mais bon… le film est comme un séjour de grandes vacances où on s’emmerde parce qu’il pleut…

Fiche AlloCiné : Ici

Poster un commentaire

Classé dans Films ou Flims au choix...

Ma Sorcière bien aimée s’emmerde…

Il y a quelques années, je m’amusais à faire quelques petits détournements visuels en utilisant une image d’un film avec un slogan, un nom de chanson, un mot ou une expression. Je ne les ai jamais diffusés parce que j’avais une idée derrière la tête que je n’ai que très partiellement réalisée.
J’ai eu cette idée ce matin de cette nouvelle combinaison. Ca n’a rien d’exceptionnel mais ça a déjà l’avantage de me plaire.
Ces petites conneries sont signées SSW pour Sick Sad World (référence au dessin animé MTV Daria) mais peut signifier n’importe quoi qui colle avec les initiales SSW comme par exemple Stupid Sleepy Weekend… à vous de faire le votre.

Ma sorcière bien aimée Vs. Desperate Housewives

2 Commentaires

Classé dans Infographisme du Dimanche

Brad Pitt is a geek !

pittpolaBrad Pitt est de le très loin le mec le plus énervant tellement il est beau, tellement il a la classe quand il porte des fringues ploucs, tellement il est incroyablement cool, tellement il est bon acteur, tellement il choisit des films cultes, tellement il a l’air d’être un type sympa et loin d’être con, bref c’est un cauchemar si on commence à le comparer à soi-même.

Ce mec là à tout pour plaire. Il a une femme qu’on n’oublie pas, il fait des guests dans Jackass parce que c’est ses potes lui demandent et qu’il trouve ça fun d’être déguisé en singe qui fait n’importe quoi dans la rue, il a un appareil fisheye 2 blanc de chez lomography (cf. cette photo), il construit des complexes de maisons pour les gens de la Nouvelle Orléans qui ont tout perdu, il a été Tyler Durden et pour la sortie d’Inglourious Basterds, il a accepté de jouer au Geeks pour le magasine Wired. Il a fait des commentaires marrants à propos d’une sorte de guide de vie pour humains très évolués créée par le magasine.  Les conseils servent à méditer sur des questions problématiques comme  » Je veux publier une photo des fesses de ma femme sur twitter « à la Ashton Kutcher » (en français dans le texte), ai-je besoin de lui demander au préalable or puis-je photographier, publier et espérer qu’elle soit flattée ? » réponse de Brad Pitt :  » Ne prenez pas une photo des fesses de votre épouse. Ne soyez pas imbécile. Prenez une photo des fesses de la femme des autres. » Que des conseils de bâtards. Il a fait une série de photos que j’adore signé par Dan Winters. Des photos geeks vraiment funs.

Poster un commentaire

Classé dans Photos

Polaroid Android

Polaroid Android

illustration de Rukma Pratista

Une petite illustration que j’ai trouvé en surfant. Nommée Polaroid Android en référence à Radiohead. Je la trouve très fun et j’imagine bien mon fujifilm entrain de faire la même chose.

Poster un commentaire

Classé dans Polas, Photos & cie