Archives de Tag: Chuck Palahniuk

Mes livres cultes, mon chevet littéraire.

C’est pas la première fois que j’y pense. Pas la première fois que j’y réfléchis. Je l’ai commencé une fois mais je l’ai arrêté parce-que je n’y arrive pas. Pourtant… Qu’est-ce que c’est à part faire du name dropping, mettre simplement en liste et  appuyer sur le bouton « Publier » ?
Faire un article sur mes livres préférés m’est quelque chose de difficile. J’ai un attachement tellement particulier à certains bouquins pour des raisons aussi diverses que le moment où ils étaient dans mes mains. J’aime bien savoir pourquoi les lecteurs d’un livre ont choisi ce livre en particulier, à partir de quoi, comment, où et surtout quand est-ce qu’ils l’ont lu.
Les romans sont, pour moi, des voyages mnémoniques. Je me souviens de ma situation personnelle, là et quand je les ai lus et en gros l’état psychologique dans lequel j’étais. J’ai du mal à faire cette liste car elle doit révéler, dans mon esprit, une grosse partie intime quand je ne veux pas dévoiler publiquement alors que ce n’est qu’une simple liste.
Bon, sans rien dire, je vais faire une énumération et rien de plus.  Je ferai peut être, avec le temps, des fiches pour certains d’entre-eux mais ça, le futur nous le dira.

J.D. Salinger
L’attrape-cœur
Hubert Selby Jr.
Le démon
Jonathan Safran Foer
Extremement fort et incroyablement près
Haruki Murakami
Kafka sur le rivage
Haruki Murakami
Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil
Ryu Murakami
Les bébés de la consigne automatique
Chuck Palahniuk
Choke
Hunter S. Thompson
Las Vegas parano
Milan Kundera
L’Insoutenable légèreté de l’être
Douglas Coupland
Génération X
John Fante
L’orgie
Bret Easton Ellis
Les lois de l’attraction
Jay McInerney
Glamour attitude
Jay McInerney
La belle vie
Mathias Malzieu
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi
Frédéric Beigbeder
99 Francs
Michel Houellebecq
Les particules élémentaires
Boris Vian
L’écume des jours
Albert Camus
L’étranger
Roald Dahl
Charlie et la chocolaterie
Nicolas Rey
Un début prometteur

Si vous avez des questions sur ces différents livres ou des observations, n’hésitez pas à laisser un commentaire. 🙂

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier

En Attendant Palahniuk

Chuck Palahniuk, hormis le fait qu’il ait un nom difficilement orthographiable, est un écrivain américain devenu célèbre après l’adaptation cinématographique du cultissime Fight Club de David Fincher. Après des études de journaliste, activité qu’il continue d’exercer indépendamment, il devient mécanicien car il n’arrive pas à vivre de son écriture. Il écrit le très trash Monstre invisible (histoire d’une bimbo qui a un accident de voiture et qui apprend à accepter sa défiguration grâce à un transexuel, une histoire inrésumable) qui est refusé par les maisons d’édition mais il continue et écrit Fight Club. Oeuvre générationnelle, Fight Club devient le symbole d’une société nihiliste schizophrène cherchant une alternative de vie en prônant la destruction des sacro-saints symboles du capitalisme viral.
Auteur prolifique, il essaye à chaque nouveau livre de trouver un nouvel angle d’écriture, un contexte inédit provocateur et subversif. Après avoir été détruit par la critique littéraire américaine après la sortie du très controversé  Snuff qui est la chronique d’une star du porno qui décide de raccrocher mais après un ultime gang-bang très trash, Palahniuk a sortit le, paraît-il, excellent Pigmy qui fait glisser le lecteur dans la peau d’un jeune africain élevé dans la haine de l’Amérique par un régime fasciste et qui se retrouve expatrier dans le pays de ses ennemis. Aucune date de prévue ni pour l’un ni pour l’autre en France mais on a l’habitude, l’auteur est distribué n’importe comment en France (on trouve Fight Club dans le rayon Science Fiction à la Fnac).

Un an, un livre. Pour 2010, la fournée annuelle se nomme Tell All. Un livre Tell-All signifie en anglais un texte aux informations souvent scandaleuses. Chuck Palahniuk est resté au chevet de sa mère l’année dernière et en a profité pour écrire trois nouveaux romans dont celui-là. Tell All va avoir comme personnage principal et pour la première fois une personnalité ayant existée sous les traits de Lillian Hellman. Actrice de théâtre et scénariste au cinéma des années cinquante, Lilian Hellman a été une des victime du McCarthisme ambiant à l’époque suite à ses relations avec l’écrivain de romans noirs Dashiell Hammett (Le Faucon Maltais, Le Grand Braquage) qui après avoir été qualifié de communiste, a été jeté en prison et a vu toute son oeuvre retirée des bibliothèques et des librairies. Suite à ces accusations, Hellman a été mise sur la liste noire du cinéma américain et ne pouvait donc plus pratiquer. Amie de la poétesse Dorothy Parker, elle écrira elle-même une autobiographie troublante nommée Pentimento qui plus qu’un combat permenant d’une femme face à un gouvernement essayant de taire son art, Pentimento est un symbole, celui d’une femme combatante qui servira de déclencheur au mouvement féministe américain.
Tell All va très surement changé radicalement le style habituellement décalé et trash de Palahniuk pour sublimer une femme qu’il veut réinventer comme « larger than life Super Hero » (plus qu’un grand qu’un Superhéros vivant). Le livre sort le 4 mai 2010 aux USA donc peut-être qu’il sortira en 2020 en France avec un peu de chance…
En attendant tous ces inédits, Folio sort le Festival de la couille et autres histoires vraies en édition poche pour 6€. C’est mieux que rien on va dire…

2 Commentaires

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier