Archives de Tag: Art

The Antics Roadshow de Banksy


On a le droit de le glorifier comme de le détester mais Banksy est véritablement le phénomène de l’art contemporain européen voir mondial. Spécialisé dans les pochoirs street art irrévérencieux et so politiquement incorrect en Angleterre, Banksy a tout compris au business en jouant la carte du pseudo anonymat. Cet artiste « anticonformiste »  ne donne des interviews ou ne fait que des apparitions qu’avec un masque de singe ou de n’importe quoi pourvut que ça se soit sujet à controverse, générateur de buzz et donc, au final, que l’on parle de lui. Les rumeurs sur sa côte marchande sont totalement dingues, il aurait vendu à un couple de célébrités une toile pour plus d’un million de dollars d’après certains tabloïds anglais, rien n’est vérifié, mais ses toiles, lors des dernières expos, étaient aux alentours des 300 mille pounds.
Il a graffé une partie des rues de Bristol et de Londres en suivant cette mode parisienne des pochoirs très graphiques, avec un slogan en option, comme ceux de Miss.Tic, Jef Aerosol ou de Mosko (les trois agissent beaucoup dans le XIII° dans le quartier de la Butte aux Cailles pour ceux que ça intéresse). L’art de la rébellion, de l’insolence et de l’appel au non-respect de l’autorité policière ou militaire, ses coups de génie ont été de caler des toiles avec ses graffs entre des œuvres de grands musées New-yorkais tel le Moma ou bien de créer un happening en introduisant dans Disneyland, à Los Angeles, un mannequin habillé en orange comme un prisonnier de Guantanamo. Un rebelle avec un message politique peut-être mais aussi un homme d’affaire au merchandising totalement fou, un livre vendu à des milliers d’exemplaires, un peu comme Ben ,en France, et ses phrases imprimés sur des agendas Carrefour. Un anarchiste qui combat le capitalisme par le capitalisme en dénonçant son système, bon après tout pourquoi pas.

La semaine dernière, comme les médias l’ont relatés, Londres, sa banlieue et quelques villes ont été le terrain d’émeutes. Des pillages, du racket, une extrême violences, des incendies, bref les chaînes anglaises tournaient sur le sujet en boucle et c’est vrai que c’était très impressionnant (j’étais en Écosse au moment des faits). Quelques jours après des arrestations par centaine, 4 décès dans ces « riots » et un gouvernement remonté à bloc, le calme est revenu et c’est le moment choisi par Channel 4 pour diffuser un documentaire sur la désobéissance public nommé The Antics Roadshow et dirigé par qui ? Et bien Banksy évidemment. (franchement mon article n’aurait ni queue ni tête sinon).

Au programme de ce doc à la voix off très consensuel : des électrons libres. On retrouve des visages connus par chez nous comme Rémi Gaillard et son c’est en faisant n’importe quoi que l’on devient n’importe qui ou encore Noël Godin, l’entarteur belge, ensuite c’est le portrait de différents troubles faits anglais en majorité, comme l’idole de Banksy : Peter Chappell. Chappell un vieux taggeur originaire de la même ville que Banksy, il clamait partout et en lettres énormes l’innoncense de son meilleur ami pour afin d’attirer l’attention pour qu’une contre-enquête soit ouverte. Cette action permettra la libération de son ami. Il y a aussi le portrait de Michael Fagan, l’homme qui a pénétré dans la chambre de la reine alors qu’il voulait voler une bouteille de vin dans Buckingham Palace et l’histoire de pleins d’autres… 50minutes d’actions parfois très simples mais qui arrivent à troubler l’ordre public avec trois fois rien et ou des actions punchlines très culottées.
Un documentaire aux reconstitutions souvent très amusantes, au rythme très soutenu, aux interviews amusantes et informatives. Alors que l’Angleterre cherche à retrouver son calme et son flegme, Channel 4 et Banksy montre que la désobéissance est un acte à la fois politique et artistique.

Le documentaire n’est disponible qu’en anglais, sans sous-titres, mais même avec un anglais pas terribles on comprend très facilement, les images parlant d’elles-mêmes. The Sex Pistols chantaient Anarchy in the UK, Kaiser Chiefs I Predict a Riot, NTM Qu’est-ce qu’on attend,  d’autres font des actions chocs afin d’être diffusé sur des médias nationaux ou des happenings amusants pour buzzer sur internet… comme quoi parfois l’art peut venir de la destruction et du chaos.
Très intéressant et instructif comme doc. Même si vous ne l’aimez pas en artiste, peut-être aimerez vous Banksy entant que réalisateur de documentaire. Mais si, au contraire, il vous intrigue d’autant plus, il existe un documentaire sur lui et le street art nommé Exit Through the Gift Shop (Faites les Mur ! en français) assez passionnant.

The Antics Roadshow

1 commentaire

Classé dans T.V., Videos, liens et toute la panoplie

Designer minmaliste de choc

J’ai déjà fait un article sur le même sujet mais je crois que définitivement j’aime ça, j’ai découvert, tout à fait par hasard, le site d’un artiste américain créant des illustrations minimalistes pour des groupes de musique, des pubs et aussi des films. Il s’appelle Matt Goold, il est designer dans le New Jersey et fait partie d’un collectif artistique nommé Nom Now. Je vous invite à découvrir le blog incroyable de cet artiste très doué. Brillant !

La majorité des groupes sont indy, indé, rock, folk mais valent, pour ceux que je connais en tout cas, le détour. En plus, d’être un bon illustrateur, ses goûts musicaux sont excellents. Voilà ma petite sélection des illustrations qui me plaise le plus.

Poster un commentaire

Classé dans Videos, liens et toute la panoplie

Des Films, des Illustrations, du Minimalisme

J’ai découvert hier soir cet artiste qui propose quelques affiches minimalistes de films cultes. J’ai déjà parlé il y a quelques semaines du travail de Exergian et de son travail sur des affiches autour du monde des séries.
Pedro Vidotto est un directeur artistique et designer brésilien qui, lui, s’est attaqué au cinéma.

Tout sa créa est visible sur son blog : Pedro Vidotto

Un autre artiste allemand, Grischa Stanjek,a eu la même idée : Stuff 24 Blog

2 Commentaires

Classé dans Videos, liens et toute la panoplie

Art humoristique autour des séries TV

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple, voilà le postulat de départ probable de cette série iconique minimaliste autour des séries télé.
Nouveau phénomène audiovisuel de ce millénaire, la série télé est devenue une obligation culturelle, un must-have social, que se soit une sitcom (How I Met Your Mother, 30 Rock, Friends) ou un drama (Dexter, Mad Men) ou n’importe quel genre, il faut avoir Sa série !
Pour les aficionados,  Albert Exergian, designer autrichien de son état, a créé une série d’illustrations autour de ce thème. Quand on ne connaît pas le show en question il est difficile de comprendre la référence mais c’est artistiquement intéressant et le clin d’œil est toujours amusant. Et vous, quelle est votre série ?

Pour voir toutes les affiches, cliquez ICI

Pour acheter les affiches, cliquez ICI

1 commentaire

Classé dans T.V., Videos, liens et toute la panoplie

The Decapitor

Dans une époque où la publicité est omniprésente, où les créa cherchent les moyens les plus fous pour faire acheter n’importe quoi à n’importe qui, les groupes anti-pubs se font de plus en plus nombreux. Arracheurs d’affiches, taggeurs de contre-sloggant, prêcheurs d’une alternative économique, les anti-pubs attaquent principalement la publicité passive obligatoire dans les couloirs du métro, au cinéma ou les arrêts de bus. Plus ou moins virulents, ces no propaganda actifs sont les seuls transgressistes face à une société de l’image branchée en haut débit à tout type de média.
En 1955, né le Pop Art en Angleterre. Il prendra toute son envergure pendant les années 60. Le courant sera propulsé et popularisé par des artistes américains majeurs comme Andy Warhol, Roy Lichtenstein ou Jasper Johns. Le principe est simple donc porteur, car il utilise justement les codes flashy du consumérisme pour en faire un art éphémère, jetable, décliné et déclinable. Les artistes et la publicité ont toujours eu une relation chien et chat, le combat ancestrale de l’art pour l’art contre la création artistique pour vendre.
Le mouvement anti-pub et le pop art a fusionné et s’est métamorphosé en un artiste au style très particulier : The Decapitor.
A la patte subversive, The Decaptior est le nouveau phénomène street culture tout droit venu d’Angleterre. Aucune interview, aucune info, The Decapitor est l’artiste qui fait parler de lui aussi bien par le mystère qui l’entoure que par le coté choc de son art so chic car venant de la rue.
Sorte de chasseur de tête pop art, The Decapitor fait dans le photomontage sanglant. Il décapite les têtes des modèles, chanteurs et acteurs. Son support ? la publicité dans la rue pour les grandes marques, les concerts, les films, les magasines ou son compte Flickr où il n’y a que des photos et aucune infos à son propos. Il a crée le buzz avec une vidéo diffusée sur youtube il y a un an ou deux en montrant comment il décapitait David Beckam sur un journal gratuit distribué le matin dans les rue de Londres.
Un artiste dont on ignore tout même ce qu’il dénonce, si il n’est pas une agence de comm’ faisant monter le buzz, si il est seul ou si ils sont plusieurs. Il est partout dans le monde, il est nul part, le mystère reste entier.
En attendant d’en savoir plus, ou pas, visitez son Flickr et regardez sa vidéo dans la suite.

Poster un commentaire

Classé dans Videos, liens et toute la panoplie