Archives de Tag: And The Song Remains the Same

And the song remains the same…

mnemo

Ca fait plusieurs fois que je commence mais n’arrive pas à aller jusqu’au bout. J’aime toujours ce blog mais faute de temps et de moyen, je n’ai absolument plus le temps de me consacrer à écrire des billets pour cette 3°Patte à laquelle je pense souvent. Ce n’est pas le nombre de visiteurs qui fait que j’écris moins, pas non plus le fait que je n’arrive pas à être un canard fashion blogueur mais une histoire de temps… C’est un exercice qui me plait et me libère alors un peu de courage, c’est (re)parti mon kiki.

En vieillissant, et oui j’ai beau être jaune et mignon je n’ai plus vingt-ans, je réalise de plus en plus ce besoin que j’ai d’écrire quelque part certains de mes souvenirs. Peut-être parce que j’écris de plus en plus pour le travail et que ca devient limite une habitude, peut-être aussi parce que j’ai la mémoire qui flanche et que je voudrais bien ne pas oublier un moment ou un autre, mais je me rends compte que les écrits restent, les paroles s’envolent ou comme on dit en latin : Ecritum tum, parolum lum… ou quelque chose comme ça.

Plus jeune, je me souviens mes parents, mon père en particulier, racontaient les mêmes histoires et les rabâchaient encore et encore comme si on ne les avait jamais entendu. Avec le temps, je me rends compte que je fais pareil. Je récapépètte encore et toujours comme des vieilles histoires de soldat pendant la guerre sauf que pour le coup, ce ne sont que des souvenirs de potes, de bons moments, d’histoires à la con, de lose aussi parfois, qu’on aime bien se remémorer pour raviver le bon vieux temps même si celui qu’on vit sur le moment n’est pas mal non plus.

D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours une mémoire mnémonique en relation avec un film, un passage dans un jeu vidéo, un film, une émission de télé, n’importe quoi qui est en mouvement mais me laisse l’opportunité de penser. De là, cette idée s’imbrique dans ce moment T et dès que je refait, revoit, réentend, cette réflexion revient tel quel. Montré à quel point ma mémoire est faite comme ça, le terme même  de mnémonique est imbriqué à un souvenir. En 1994, Keanu Reeves jouait dans une immonde merde SF qui a pour titre Johnny Mnemonic. Ce film succédait à Speed qui, quelques mois plus tôt, à la fête du cinéma, avait été un des films inratables de cette édition où les séances étaient encore à 10 francs. J’ai retenu ce terme suite à une blague récurrente de Tarek, un ami de mon frère et un frère d’adoption de la maison. Dès qu’il faisait dès qu’il voyait la bande annonce, il la ponctuait par : « Johnny aime Monique mais Monique ne l’aime pas. Johnny Mnemonic, l’histoire d’amour SF ».

Le but d’un blog est de raconter de sa vie alors j’ai décidé que j’allais recommencer à le faire avec une nouvelle rubrique (que je n’alimenterais surement jamais mais l’espoir fait vivre) dans laquelle je vais raconter mes souvenirs mnémoniques autour de chansons. C’est le média qui est le plus gorgé de souvenirs pour moi. Alors faudra pas s’attendre à des révélations folles mais voilà, le souvenir qui y sera attaché sera écrit quelque part et si un jour il disparaît de mémoire pour être remplacé, je saurais où le retrouver et il ne me suffira plus qu’à appuyer sur Play pour qu’il revienne intact et fasse revivre une autre époque le temps de quelques secondes.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Memory Box