Archives mensuelles : juillet 2011

Yelle @ Les Vieilles Charrues


Lorsqu’on est envoyé en festival pour un média, il arrive parfois, voir quasi-systématiquement, que deux artistes à chroniquer se chevauchent. Dégueulasse me direz-vous, absolument ! Surtout que cette règle ne s’applique généralement que pendant le spectacle d’un artiste que l’on aime et que l’on doit quitter pour subir l’abject show d’un chanteur de variet’ que l’on déteste mais que le rédacteur en chef a notifié comme « A FAIRE IMPÉRATIVEMENT » souligné trois fois en rouge.
Aux Vieilles Charrues, la règle n’a pas rempli tout le cahier des charges et on en remercie encore la programmation bien faite du festival. Adeline Lajoinie, son altesse du hip-hop et musique du monde, devait chroniquer Yelle puis Snoop Doggy Dog lors de la première soirée du festival. Problème, il était compliqué niveau timing de passer de l’un à l’autre sans louper la fin de l’un ou le début de l’autre. Résultat, l’union faisant la force, Adeline et Dicky le Canard ont écrit à une main et une patte cet article sur Yelle, disponible sur WeLoveMusic.fr
Les deux premiers chapitres de l’article, les meilleurs, sont signés par Adeline et la fin incompréhensible par moi. Un exercice très sympa quoi qu’il en soit et un honneur pour moi.

Pour le lire c’est ici :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Joséphine Ose !

Après les Solidays, une gentille attachée de presse m’a gentiment demander si j’étais intéressé pour chroniquer le spectacle comique de Joséphine Ose ! La rédaction de WeLoveMusic.fr , curieuse et toujours à la pointe de l’innovation, m’a envoyé pour couvrir ce one-woman show décapant. Mélange d’humour générationnelle et de chanson française bien foutue, Joséphine Ose ! Pour lire la rev iew, il faut cliquer sur la grosse icône, ça se passe ici sur We Love Music.fr 

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Les Solidays 2011 pour WeLoveMusic.fr

Alors comme vous l’avez remarqué judicieusement, j’ai eu une longue phase d’absence virtuelle. Je n’ai pas beaucoup écrit les derniers mois et je n’avais plus d’inspiration ni la tête à ça et puis une chose en amenant une autre, j’ai décidé de me faire pousser les envies. J’ai rencontré de nouvelles personnes, j’ai commencé à m’intéresser à de nouvelles choses, à avoir de nouvelles ambitions, à me décomplexer sur énormément de choses ( l’écriture notamment )  et à voir le tout sous un nouvel angle moins emprisonnant, moins suffoquant que celui que j’ai toujours eu. Tout était réuni pour que ça reparte donc je n’ai pas hésité, pas cogité des jours comme j’avais l’habitude de le faire et c’était reparti.

Pour signer mon retour, je suis envoyé avec ma gueule de Canard souriant au festival des Solidays à Longchamps pour chroniquer une dizaine de concerts. Petite pression, appréhension mélangée à de l’excitation, me voilà chroniqueur pour We Love Music.fr

Voilà ma présentation de chroniqueur en plastique sur le blog des Coulisses de la rédaction :

Je raconte cette première journée de festival aussi sur le même blog : (à venir)

J’ai donc écris différentes reviews de concerts qui seront diffusées au fil de l’eau tout l’été ici :

Les chroniques déjà en ligne :

A venir :

  • Cold War Kids
  • Skip the Use
  • Morcheeba
  • Fool’s Gold
  • Moriarty
  • Puggy

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Un Iphone, Halftone et une histoire nulle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Son imminence Adeline Lajoinie, journaliste S. Rap et musique toute catégorie même R’n’B, a recueillit un canard jaune en plastique plongeur en baignoire. Addict à son chat prénommé Chatmour, elle veut appeler le confrère de Dicky par le même sobriquet.
Pour garder son anonymat et surtout parce que j’ai fait une faute de frappe sans m’en rendre compte, nous remplacerons le surnom de Chatmour par Chamour (c’est bon, vous n’allez pas non plus m’en pondre un oursin hein…)


Ce comic-strip est réalisé avec un Iphone 4 grâce à l’application Halftone.
C’est inintéressant au possible ? Oui, c’est vrai et alors vous croyez que Plus belle la vie c’est mieux ? Oui ? Vous avez surement raison. 🙂

2 Commentaires

Classé dans Histoire de canard

Designer minmaliste de choc

J’ai déjà fait un article sur le même sujet mais je crois que définitivement j’aime ça, j’ai découvert, tout à fait par hasard, le site d’un artiste américain créant des illustrations minimalistes pour des groupes de musique, des pubs et aussi des films. Il s’appelle Matt Goold, il est designer dans le New Jersey et fait partie d’un collectif artistique nommé Nom Now. Je vous invite à découvrir le blog incroyable de cet artiste très doué. Brillant !

La majorité des groupes sont indy, indé, rock, folk mais valent, pour ceux que je connais en tout cas, le détour. En plus, d’être un bon illustrateur, ses goûts musicaux sont excellents. Voilà ma petite sélection des illustrations qui me plaise le plus.

Poster un commentaire

Classé dans Videos, liens et toute la panoplie

Community – Meilleure Sitcom du moment.

Comme les dizaines de milliers de petits saligauds qui regardent des séries étrangères en streaming ou téléchargées, une fois qu’une saison est terminée ou définitivement conclue, je pars à la recherche de nouveautés à me mettre sous la dent. J’ai essayé et basé des tas de sitcoms cette année après les trois premiers épisodes parce qu’il faut bien le reconnaître, il y a beaucoup de déchet. Il y a des noms qu’on voit défilé sans s’y arrêter parce que l’affiche ne plaît pas, le nom est pas attirant, ça ressemble à s’y méprendre à une série déjà vue, les codes ont l’air trop américain et trop culturellement signé… bref ça défile alors qu’on ne sait pas de quoi il s’agit.
Ca fait deux ans que je vois une série nommée Community disponible à peu près en même temps que sortent les épisodes The Office. Je pensais que c’était dans la verve d’un Blue Moutain State avec Denise Richards, une histoire d’étudiants à l’université expérimentant la vie. Pourquoi ? A cause de la photo illustratrice où l’on voit une sorte de beau gosse avec « un front très large » entrain d’agrafer une affiche pour un groupe d’étude réservé aux filles. A côté de lui, une blonde aux regards en coin coquins regarde dans sa direction et au fond une personne âgée qui pourrait être le doyen semble étonné. Ecœuré par un trop pleins de teens movies racoleurs avec filles topless pour aucune raison, il était hors de question de me taper une version de 10 things I Hate About You pour post-ado fantasmant sur des soirées gobelet rouge dans une chambre d’une fac américaine à siffler de la bière en fut.
Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et mon passage à l’acte est la conséquence d’une discussion série avec un collègue de travail ayant plutôt très bon goût en matière télé. Il a regardé l’intégral des deux saisons en deux semaines et me raconte quelques blagues pour me donner l’eau à la bouche. Un épisode test, j’accroche un peu mais rien de génial, un deuxième très drôle et le troisième transforme l’effet, ok c’est bon je suis fan, je veux tout regarder maintenant et tout de suite.
L’histoire est celle d’un groupe d’étude d’espagnol formé sur un malentendu dans la faculté publique de Greendale. Les Community College sont un peu la risée des études supérieures, la lose zone pour ceux refusés par toutes les facs prestigieuses privés du pays, pour les marginaux, pour les actifs voulant se réorienter, pour les femmes divorcées sans emploi, pour les les personnes âgées. Le pilote commence le premier jour de la rentrée scolaire. Jeff Winger, beau gosse arrogant, retourne sur les bancs de l’école alors qu’il est un avocat prestigieux depuis plusieurs années dans un cabinet. Pourquoi ? Parce que Jeff n’a jamais eu le diplôme nécessaire afin de pratiquer sa profession et parce qu’un membre de son bureau l’a dénoncé. Dragueur, il flash sur Britta, une blonde rebelle de son âge, pendant le cours d’espagnol du déjanté Senior Chang aka El Tigro Chino ! (Il est joué par Ken Jeong, M.Chow dans le film Very Bad Trip) Elle n’est pas intéressée par ses avances de dragueur en costard. Ne renonçant jamais, Jeff l’embobine et se fait passer pour un maitre d’étude donnant des cours d’espagnole dans un groupe d’étude. Il ne sait, bien sur, pas parler un traitre mot d’espagnol. Son plan pour un tête à tête avec elle tombe à l’eau car, le prenant au pied de la lettre, elle ramène lors du rendez-vous d’autres étudiants. Un groupe éclectique et taré se forme autour de Jeff Winger. Il est formé de Abed, un musulman pakistanais très étrange à la culture pop débordante, de Pierce, un vieux chef d’entreprise raciste et homophobe ne comprenant jamais rien, de Sheryl, une grosse noire catholique mère de famille, de Annie, la cadette innocente effacée et victime junky au lycée, de Troy, ancien superstar quaterback de son lycée un peu débile et donc de Britta, la pourfendeur, la révoltée… Ils se retrouvent pour réviser l’espagnol mais ils ne travaillent jamais, ils sont toujours impliqués dans des histoires folles. Scénaristiquement rien n’est impossible, un épisode peut être sur le mode film de zombies puis en mode western, en mode parodie, en mode n’importe quoi… tout est possible et c’est en ça que c’est jouissif et génial.
Un vrai plaisir, des références culturelles en veux-tu-en-voilà, des personnages connotées jouant justement sur les clichés attendus dans une série, Community est de loin la série qui m’a fait le plus rire depuis très très longtemps. J’ai eu des moments de fou-rires intenses seul devant mon écran. J’ai dévoré le tout en un mois et des brouettes en essayant de me raisonner un petit peu sinon…
Community est un peu une sorte de Parker Lewis d’aujourd’hui, en encore plus délirant, encore plus pop, encore plus extrême… une série qui plaira définitivement aux fans de Scrubs aussi pour son humour second degré et ses relations amicales intenses. La série reprend fin septembre pour une troisième saison, mettez vous à jour, ne serez pas déçu. Comme dirait Magnitude : Pop ! Pop ! Ouais…. carrément !

Troy & AbedSpanish Rap

4 Commentaires

Classé dans T.V.

Rock’n’Roll Suicide

Préface : Attention cet article ne sert à rien, il n’est qu’une réflexion inutile sur la célébrité et la mort. Il n’y a pas d’informations importantes ni utiles d’ailleurs.

Amy Winehouse est décédée il y a quelques jours et déjà des rumeurs et des suspicions tournent autour de sa mort. Elle aurait  fait un check-up  complet la veille, le médecin n’aurait rien détecté et la police n’aurait retrouvé aucune drogue à son domicile c’est à dire là où elle a cassé sa pipe (le premier qui dit à crack, il sort). Fait étrange, un voisin l’aurait entendu crier ce jour-là. Aucune lettre de suicide, un résultat d’autopsie qui se fait attendre… Elle ne peut pas être simplement morte pour certains fans.
Rétrospectivement, il est interdit pour un artiste de se suicider ou mourir tout simplement. Kurt Cobain n’est pas mort d’un coup de Remington dans le buffet, il aurait été assassiné par Courtney Love directement ou via un intermédiaire selon les versions. Elliott Smith ne se serait pas planté un couteau dans le cœur par deux fois, se serait Jennifer Chiba, sa petite amie, qui l’aurait poignardé froidement. Brian Jones ne se serait pas noyé, il aurait été coulé par l’entrepreneur Frank Thorogood, responsable de la rénovation de la maison des Rolling Stones. Un autre scénario voudrait que le crime aurait été commandité par Keith Richards et Mick Jagger. Nick Drake n’aurait pas trop prit d’antidépresseur, il y aurait une erreur médicale. Marilyn Monroe n’a pas prit trop de cachetons en pleins déclin de sa carrière et de sa beauté, non ! La mafia et les Kennedy l’ont tuée car elle en savait trop… Je passe les théories fumeuses autour de Dalida, Mike Brant ou Soeur Sourire

Après certains suicides sont plus compliqués à démentir comme celui de Ian Curtis de Joy Divison, retrouvé pendu avec lettre de suicide et tout le patatra après avoir trop écouté The Idiot d’Iggy Pop et avoir regarder un film de Herzog, celui de Charles Haddon, chanteur du groupe Ou Est Le Swimming Pool n’est pas discutable, il s’est suicidé en extérieur, pendant le festival belge du Pukkelpop, où il a sauté d’un pylône pour atterrir sur le bitume du parking la tête la première.

Il parait incroyable voir impossible qu’un artiste, aussi jeune soit-il, meurt d’une overdose, suicidé ou dans un accident… non, il y a aura toujours des grandes théories et des complots internationaux qui expliqueront ça. Ça ne peut pas être un choix, les fans le refusent car sinon, leur rôle virtuel dans la vie d’un artiste est réduit à néant. Comment pourrait-il faire ça alors qu’ils sont là à l’admirer ? Il est tellement aimé par son public qu’il n’est jamais seul, il y a donc forcément une autre raison. Il parait que ceci que cela donc cette mort ne tient pas debout. Parfois le déni aide à faire le deuil. Cela fonctionne aussi bien avec quelqu’un que l’on connait ou pour un artiste qu’on aime plus qu’on ne le devrait.
Ces théories m’intéressent toujours car elles prouvent qu’on est prêt à croire parfois à l’impossible pour garder vivant son idole. Comme vous, je sais que Michael Jackson n’est pas mort car lors de son enterrement à Wonderland, dans sa maison, on voit une ombre passée. Je sais qu’il a pu s’échapper lorsqu’il a prit l’hélicoptère, pour fuir de cette pression médiatique folle, cette tournée mondiale promettant d’être galère et un mécène voulant récupérer un peu ses sous. Je sais aussi qu’il vit avec Jim Morisson qui a fait croire à sa mort  et dont le père n’a pas pu voir le corps alors qu’il était un militaire étoilé à la grande réputation. Ils sont cachés en Afrique du Sud avec Elvis, Marvin Gaye et le talent disparu prématurément de -M-. Peut-être sont-ils tout mort et rien de plus non ? En tout cas, puisse-t-il rester en paix et au calme. Amen.

1 commentaire

Classé dans Musique