Le Démon – Hubert Selby Jr.

Il y a des bouquins que l’on lit en pensant à autre chose, laissant ses yeux suivrent le cours des mots sans vraiment y réfléchir, une sorte de distraction oculaire ou de remise à niveau social en matière littéraire, genre best-sellers pas finauds à l’apport intellectuel quasi-nul. Il y a aussi ceux qui prennent à la gorge, qui s’immiscent discrètement dans votre cortex jusqu’à vous obséder, à remettre en cause votre propre système mental et changer momentanément ou définitivement votre humeur du moment.

Le Démon de Hubert Selby Jr. fait parti de la deuxième espèce, un livre à ne pas mettre entre toutes les mains car son écriture classique, mais classieuse, où chaque mot a sa place et est pesé avec une minutie impressionnante, peut pousser à l’obnubilation ou à une fascination border-line. Un roman qui permet de toucher les antres de la folie, mais seulement avec les yeux.

L’histoire est simple, celle d’Harry White. Tanguy, corporatiste d’une grande firme new-yorkaise, queutard à femmes mariées, base-baller, ambitieux, dérangé sans être dérangeant et donc totalement captivant. Harry est le personnage romanesque dangereux car il est doué d’un pouvoir de projection quasi instinctif sur soi ou comparable à une personnage de son entourage proche malgré cette folie crescendo au fil des pages que l’on assimile comme un déroulement naturel, aussi perturbante soit-elle.

D’autres auteurs du même acabit, dans la littérature alternative américaine, ont déjà joué sur les codes de la folie graduelle, dû à une société ultra urbaine fonctionnant sur un cliché de perfection esthétique et de réussite sociale ascendante, comme le personnage de Patrick Bateman dans le classique American Psycho de Breat Easton Ellis. Selby Jr n’est pas le premier, bien que Le Démon date de 1976,  mais réussit à humaniser à tel point son personnage que, sans noyer son style d’écriture par des répétitions ou des listes exhaustives de marques commerciales, le lecteur devient Harry et sent cette oppression étouffante poussant à un glissement que l’on sait irrémédiable. Palpitant en sera la chute.

Pour ceux qui ont lu Last Exit To Brooklyn, son plus connu, ou Retour à Brooklyn, duquel est tiré le film culte Requiem for a Dream, le choc n’en sera que plus grand.
L’écriture est moins racoleuse, tapant moins dans le trash facile au style psychotique sous héroïne et aux personnages vomitifs pas attachant sur une seule ligne. Pour l’occasion, tout est plus posé donnant une dimension plus profonde à ce personnage hors du commun que l’on découvre en fin de pré-adolescence et qui, confronté à des problèmes adultes, va gérer à sa manière en prenant un chemin inattendu. Tout le contraire de Easton Ellis qui propose des personnages de tout âge en pleine crise d’adolescence et aux remises en questions boutonneuses et superficielles.

Hubert Selby Jr. et son démon ne laisse pas indemne. Son roman est hypnotique et inquiétant. Le lire réveille et frôle sa folie personnelle et pousse même à la remettre en cause. Une mise en quarantaine mentale où l’on s’est piégé soi-même, un chef d’œuvre abouti de sa première à sa dernière page où cohabite des scènes familiales magnifiques et poignantes, des manies perturbantes et une folie qui se propage de façon cutanée, systémique en soir comme le prolongement logique de ce chef d’œuvre incroyable.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier

2 réponses à “Le Démon – Hubert Selby Jr.

  1. Ahah je suis heureuse de vous rendre la pareille camarade canard!! Hubert Shelby jr est un de mes vieux auteurs préférés, rubriques récente nécro et écriture au poison. Bien sur, Le démon est tenace, Last exit to New-York et Retour à Brooklyn vous laisse plein de dégout. Mais il en est un qui m’est resté des années en mémoire, c’est Le saule. Tenace, lucide, rocailleux et terriblement humain. Bonne lecture à vous.

    • Je l’ai acheté, il est en attente de lecture mais j’ai peur d’avoir du mal à lire autre chose après comme ca m’est arrivé après le démon. Shelby est un vieux loup cynique et merveilleux, je pense que dans un futur proche j’aurais lu toute sa biblio.
      Merci du conseil et bienvenue chez moi.
      Cordialement

      Dicky le Canard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s