Plaisir Coupable I.

On a tous en nous un petit plaisir coupable. Qui ‘a jamais préféré se taire face à une critique fondée et argumentée que de défendre l’indéfendable et d’avouer à la face du monde que oui j’aime cet objet de critique et de moquerie ? J’essaye parfois d’aller au feu mais je manque d’arguments et j’évite d’exposer mon attachement pour qu’elle ne soit pas prise pour de la passion. Certains diront que c’est un manque de courage flagrant, d’autres que c’est une fuite en avant, que si on ne veut pas le reconnaître c’est qu’on en a honte etc etc… et bien les deux ont raison !

Pour illustrer ce premier plaisir coupable, je vais parler d’un de mes plaisirs musicaux coupables qui est de loin celui dont j’ai le moins honte mais quand même un peu. Mon guity pleasure est : Asyl

Asyl est un groupe  de la Rochelle de punk-rock, dans le sens Punk français du terme. Ils sont apparut médiatiquement, malheureusement pour eux, en 2006 lors du baby-rocker boom et ont été assimilé à cette mouvance éphémère malgré un univers musicalement lointain.
J’ai découvert Asyl pendant les chantiers des Francofolies vers 2004, une époque où ils faisaient une musique plus proche de Placebo que de ce qu’ils font maintenant. Puis ils sont revenus avec cette rage punk bien connu dans le sud ouest et un premier album assez novateur : Petits Cauchemars Entre Amis. Dès la première écoute, j’ai aimé l’énergie, les paroles étranges, décalées, mélancoliques et désabusées. Je les ai croisé un peu partout sur les routes de France, dans des salons d’interviews dans différents festivals, dans des bars, des concerts intérieurs-extérieurs ici et là et je dois avouer qu’ils restent dans mon top des moments mémorables en concert. C’était le 28 avril 2006 au Club 22 à Bourges. Le concert n’était pas fantastique, très figé, un vrai manque de folie et d’énergie… Grosse déception jusqu’au moment où ils invitent Daniel Darc à les rejoindre pour Zeppelin. Le vieux junky punk assagi débarque avec sa gueule incroyable et ses tatouages hallucinants et commence un face à face hypnotique avec Mathieu, le chanteur. Les deux ne se quittent pas des yeux, se poussent, se touchent, se défroquent, s’enlèvent leurs ceintures… un moment d’une intensité hallucinante où on se demande si à tout moment ça ne va pas tourner à l’orgie bestiale sur scène… un très très grand moment.
Pendant cette période du premier album, Asyl a fait quelques premières parties d’Indochine et c’est là que j’ai commencé à avoir peur… pourvut qu’ils ne s’indochinent pas trop…
Période de break, les musicos désertent Asyl pour assurer en live les instruments derrière Daniel Darc. Ils redonnent un coup de boost à l’ex Taxi Girl et donnent des concerts dingues où Darc termine à genoux en sanglot à lire la bible…
Retour d’Asyl et là gros coup de flippe… ils font de l’Indochine ! Le premier single avec un clip est « Les Dieux sont les rois ». Tremblement, stupeur, ça craint mais encore une fois musicalement ils ont une intelligence qu’a très peu de groupe,  je pourrais encore l’écouter mais je voudrais pas que ca se sache. Faut bien reconnaître que Mathieu Lescop chante vraiment mal. Son écriture est étrange, désarticulée, son flow est sur le fil du ridicule mais n’empêche que malgré tous ces défauts, j’adore son style casse gueule de parolier kamikaze.
Quand je parle d’Asyl, on me parle des Dieux et des rois et j’ai honte… je ne défends pas le groupe alors que je pourrais dire que musicalement c’est de la super cam’, que la prod’ est léchée et intéressante et que j’ai depuis plus de 4ans sur mon ipod certaines chansons comme Goutes d’eau sur pierres brulantes… mais je ne le fais pas parce que je comprends qu’on puisse dire que le chant est un calvaire, qu’un groupe qui raconte que James Dean a téléphoné à Dieu où qui raconte la triste histoire de Bugs Bunny ne peut pas être prit au sérieux… je devrais pas me la fermer mais pourtant… Sur leur dernier album Brule, Brule, Brule j’adhère moins mais certaines chansons comme Comme un glaçon ou La Piscine restent de très bonne augure. Musicalement c’est moins rageur mais ca reste très bon.

Voilà j’ai un peu honte d’aimer ce groupe mais j’ai bien pire en stock… quelle sera la prochaine révélation honteuse ?
Écoutez Asyl quand même et peut être que comme moi vous ne le direz pas à tout le monde mais écouterez souvent en ressentant autant de choses

Asyl
Intérieur – Extérieur

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Musique

2 réponses à “Plaisir Coupable I.

  1. On écoute tous des trucs dont on a honte, un petit jardin secret musical…

  2. Zo°

    là ou y’a de la gène ..y’a po de plaisir! 🙂

    sympa d’etre passée par mon coin..coin !…on te l’a jamais faite j’suis sure!! :o)
    a bientot 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s