Archives mensuelles : septembre 2010

I Gotta Move Out Of This Neighbourhood

I Gotta Move Out Of This Neighbourhood comme dirait BB King. Je ne blog pas trop comme vous avez pu vous en rendre compte mais il y a une bonne raison à cela, je déménage. Le blog reste où il est mais physiquement je pars vers une nouvelle aventure, celle de la vie à deux car je vais vivre avec Canard Rose. Le net va être coupé, l’aménagement peut être un peu long donc je reviendrai, ça c’est certain mais je ne sais pas trop quand.

A bientôt !

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Pas encore rangé

Eternises moi Vs.Boom

Dimanche soir de glande à zapper sur les chaînes hautement culturelles et musicales du câble. Une émission sur les meilleurs clip kitch des années 80, waow que c’est original, puis  quelques nouveautés top 50 et là, sortie de nul part, le clip de la semaine : Jena Lee & EskemoEternises moi. Première question : Comment peut-on appelé son groupe Eskemo et faire, comme le veut le jeu de mot, de l’émo (L’emo est un sous-genre du punk hardcore)… C’est pas crédible une seconde et risible, le rapport est biaisé dès le départ. Mèches gominées sur le front, sweats à capuche de couleurs piqués aux fluo kids et accessoires ambiance métal achetés en gros chez Claires’, Eskemo ils sont trop beaux. Jena Lee c’est encore un autre sujet, elle a été annoncé comme la première chanteuse française a mélangé du hip-hop r’n’b avec de l’émocore comme l’a fait en son temps Linkin Park... stupeur et tremblement, une sorte de rap pleurnichard nommé Emo R’n’B naît avec un clip manga moche violet débarque et vise la tribu des écouteurs de rap mais aussi des otakus kawaïi. « J’aimerais tellement » joue sur tous les tableaux, bouche à tous les râteliers, à la fois street, rap, manga, émo, triste… forcément cette chanson parlera à quelqu’un et ses paroles hautement tragiques d’amour impossibles va faire greloter le cœur d’adolescentes friantes de ce genre de chanson colle aux pattes dégueulasses. Petit succès avec cette chanson, Jena Lee a comprit que surfer sur les modes était un créneau financièrement intéressant alors pourquoi ne pas aller plus loin et même surfer sur les autres modes culturelles ?
Pas bête alors prenons Twilight, les vampires en toc amoureux et autres créatures de la foret étrange, un peu de magie à la Harry Potter et des riffs de guitares gueulards pour un hymne à l’amour infini ! Mais oui trop bien ! Donc voilà Eternises-moi, un verbe qui est programmé au Larousse 2011 entant que verbe du premier groupe, se dit du rituel vampirique rendant la victime éternelle.
Ca m’a un peu foutu les ch’tons et ça m’a fait penser musicalement à une chanson qui se moque de ce genre de chanson justement. La mélodie des voix entre le chanteur Romain d’Eskemo et Paul des Fatals Picards à s’y méprendre sur certains passages.
Donc petit versus entre Jena Lee et le Fatals Picards :

VS.

Poster un commentaire

Classé dans Musique, Videos, liens et toute la panoplie

Nick Hornby & Ben Folds pour un disque ensemble

Coïncidence heureuse ou pure hasard, à vous de voir, mais je viens d’apprendre que Nick Hornby dont je ne fais que parler depuis quelques mois, vient d’enregistrer un album avec Ben Folds et le phénomène musical youtube Pomplamoose. Le projet se nomme Lonely Avenue et sera disponible à partir du 27 septembre prochain.
Dans son recueil 31 songs, autour de la musique et de ses reflexions à son sujet, Nick Hornby parle de Ben Folds dans son 16° choix. La chanson Smoke, sur Whatever and Ever Amen, parle de la fin d’un amour, de déception et d’une fin inéluctable. Un amour chavirant dont on pourrait oublier le passé et les erreurs en le brulant comme un livre pour que les mots en mémoire fassent de même. La fumée de ce feu amène exactement le contraire en envahissant et asphyxiant une relation affaiblie. Une odeur de fumée introduisant une extinction proche.
Nick Hornby encense le talent de parolier de Ben Folds et bien sur aussi ses prouesses de pianiste dont il n’a plus besoin de faire les preuves. Suite à la parution du livre, Ben Folds écrit à Nick Hornby pour le remercier chaleureusement.

Pour son nouvel album, Ben Folds a décidé de s’inspirer de l’oeuvre de Hornby pour ses paroles et à demander directement à l’intéressé de venir dans le studio pour chaperonner le tout et valider la production. Le résultat est pop, frais et doux-amer.
Pour vous présenter cet album, j’ai l’honneur de vous présenter From Above et son clip animé très réussit signé par Julius Preite, un des principaux animateurs des Simpsons, et au designer Justin Owens . Tout en sketches et en pop up, la vidéo est un petit bijou de poésie et d’intelligence. A voir d’urgence et un album à écouter pour les popeux aimant les chansons d’amour pas trop niaises et savamment orchestrées.

Poster un commentaire

Classé dans Musique, Videos, liens et toute la panoplie

Cocoon Comes like a Comet(s)

Bonne nouvelle ! Cocoon est de retour le 25  octobre prochain avec un second album très attendu. A croire les dires du chanteur Mark Daumail, cet album devrait prendre un virage, mettre de cotés les pandas en peluche et les polaroids avec des animaux mignons pour prendre un nouveau cap musical, direction la mer et en profiter pour prendre de la bouteille. Where The Oceans End est donc prévu mais pour savoir nous faire patienter gentiment, Cocoon nous propose un premier single nommé Comets.

Après écoute, je ne vois pas une différence flagrante, ça reste très folk, très agréable, l’harmonie vocale du duo fonctionne toujours aussi bien et peut être que la couleur musicale est plus lumineuse et moins mélancolique qu’avant mais loin  un virage du 360° annoncé. Depuis hier, je dois avouer l’avoir écouté quelques fois, voir limite en boucle mais je trouve c’est un titre très estival qui arrive malheureusement avec un peu de retard. Il remplit bien son rôle de catalyseur à attention et à attente. En attendant la suite avec impatience…

Tourné à Belle-Ile-en-Mer, les 20 et 21 juillet 2010, le clip est signé par Julien Raymond a qui l’on doit Peut-être une angine de Anaïs, FM Air de Zazie, le DVD live de Tryo fête ses 10ans et sous la direction artistique de Mark Maggiori. Mark Maggiori n’est autre que l’ex lead-singer de Pleymo, celui que l’on appelait Kemar pour les intimes. Mark Maggiori avait déjà à l’époque de Pleymo montré son talent artistique et visuel à travers les clips qu’ils réalisaient et des illustrations pour le groupe. Il a entre temps tourné aussi celui de Like a Hobo de Charlie Winston, Help Myself (Nous ne faisons que passer) de Gaetan Roussel mais aussi Captain Samouraï Flower et son opéra rock horrible. Il s’est spécialisé dans le vintage salit et les grands espaces américains.
Mark Maggiori
est quelqu’un de talentueux, je n’en doute pas mais il a toujours tendance à copier sur la feuille de son voisin… j’ai en mémoire justement Colonel Sushis Power qui est un habile mélange de Violet Hill et de Viva la Vida de Coldplay et je ne pense pas à ses inspirations néo-metal américain pour les clips de Pleymo.
Le clip de Cocoon ressemble à un mélange entre Lost, Max et les Maximonstres, n’importe quel film de pirate et la baleine volante de Twitter. La baleine volante est déjà présente dans Drapeau de Pascal Obispo cela dit en passant. L’idée de la pièce manquante pour le remonter mécaniquement est très Miyazaki ou sinon l’idée lui est venu dans son bain avec un jouet baleine à remonter avec son petit bras mécanique. C’est une idée sympathique mais pas si innovante que ça… Pour l’originalité on repassera.
Le thème de la mer est très à la mode sur la scène française. Gojira a un album de 2006,  From Mars to Sirius, qui a comme iconographie une baleine volante dans l’espace, Syd Matters a sortit ce mois-ci un album nommé BrotherOcean et Emilie Simon travaillerait sur un album autour du thème de l’eau et des océans. Donc un thème pas très original non plus mais connaissant Cocoon, on ne sera pas dessus par le résultat et cette nouvelle aventure nous fera-t-elle rêver à hauteur de nos espérances ?
Avant de terminer, une petite question :  Cocoon autour de l’eau, ça vous rappel pas un film ça ?

2 Commentaires

Classé dans Musique, Videos, liens et toute la panoplie

Pêche à la carpe sous Valium – Graham Parker

En début d’été, j’étais tout nu d’un point de vue littéraire et je suis allé donc chez mon dealer de livres, la bien célèbre Fnac de Montparnasse. Je pourrais allé dans une librairie indépendante jolie mais la dernière fois que j’ai voulu le faire, elle avait fermé définitivement et je me suis retrouvé sans rien à lire. Il faut savoir qu’aller à la Fnac pour acheter des bouquins, c’est un peu Noël avant l’heure pour moi. Je ne les achète que par trois pour savoir être raisonnable.
C’est l’été, je ne veux rien de trop compliqué, rien de trop long, rien de trop lourd, je veux du poche, de la vie et de la légèreté. Pour assouvir ces besoins vitaux, j’ai acheté les trois romans suivants :

Carton Jaune de Nick Hornby
Pêche à la carpe sous valium de Graham Parker
Crépuscule Ville de Lolita Pille

Drôle de choix, assez éclectique mais il y a une raison à celui-ci. La première est que je veux lire tout Nick Hornby donc je commence par le premier. Le second est que le titre m’a interpellé et sa pochette horrible aussi, Graham Parker est un songwritter cold-wave ultra-respecté et Eric Naulleau en a parlé avec tellement de passion dans une interview (il a écrit un live sur Parker) que j’ai eu envie de lire ce musicien hors-paire. Le troisième choix est plus étrange car je crache sur Hell, que j’ai trouvé surfait et trop inspiré par Bret Easton Ellis mais en version supermarché discount, mais ce roman de SF m’intriguait et pour bien le critiquer je préfère l’avoir lu. Littérature masochiste quand tu nous tiens.

Je pars donc en vacances avec Pêche à la carpe sous valium de Graham Parker dans mon sac tout l’été et je dois avouer qu’il est assez jouissif et répondait à tous les critères recherchés à la base pour un livre estival.
Brian Porker est un gamin ornitophile vivant dans une bourgade anglaise. Après un été de découverte naturelle, on suit la vie de Brian à travers différentes époques, de son boulot dans une sidérurgie où il a des rhumes à répétition et énervants pour son entourage, puis sa carrière de rockeur défoncé, suivit d’une vie de songwritter ayant des problèmes d’eau dans sa maison puis son voyage fou au Maroc pour un enregistrement et ainsi de suite.
Tout est écrit avec justesse et finesse. Brian joue l’alter ego parfait de Parker et l’histoire n’est jamais incroyable mais elle est, quoi qu’il arrive, captivante. Il y a une critique sociale, une aussi du monde du rock et de sa défonce, de ses faux-semblants, etc, sans tomber dans le cliché non plus. Les histoires s’enchaînent comme des nouvelles désarticulées mais le seul dénominateur commun est Brian qui voit ses revenus faire du yoyo, vivre une fois en Angleterre, une fois aux States, retourner sur les lieux de son enfance, tenter d’avoir une vie posée et clean après la folie du showbiz et du rock’n’roll.
J’ai été traîné par ce personnage et sa vie pendant une partie de mes vacances et je dois avouer que Brian m’a séduit et, à travers lui, Graham Parker aussi. Je ne connais Parker que de nom car il est de notoriété musicale, qu’il est un des plus grand songwritter jamais vu dans la pop rock et plusieurs de ses albums sont toujours dans le top 100 des meilleurs albums de l’histoire du rock. Il est une légende mais pas du grand public, peut être pour ça qu’il tue Mick Jagger dans son roman en utilisant cette célèbre expression anglaise « hit by a bus » au sens littérale du terme et fait passer à son personnage un casting et des nuits de discussion et de sky avec Keith Richards.
Il y a des passages très cinématographiques comme cette séquence où il rencontre un médecin expérimentant une pillulle annulant les effets néfastes de la drogue grâce à un procedé permettant de revenir à la période avant incubation de la drogue, du pur génie.
Un roman nostalgique, attachant, fun, divertissant, intriguant, jubilatoire, rebondissant, bref un moment très agréable et un petit pincement au coeur quand il a fallut dire au revoir à Brian. Quelques pics bien lancés contre d’autres groupes comme Duran Duran et Aersomith par exemple, beaucoup d’humour et d’attachement à ce personnage. Un roman pour les amoureux du rock’n’roll et ceux qui aiment les personnages hors normes vivant une vie exhaltante.

2 Commentaires

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier

Les Mots Clés Recherchés cet été ici… ne le dites pas à ma mère

Quatrième édition des mots ou phrases recherchés sur le net qui ont menés à cliquer sur le lien de mon blog. C’est de plus en plus cul, fétichiste voir à la limite de l’incompréhension.

Voilà l’été, vos hormones sont en feu et ça se sent !

porno d’une femme pigmé –> Sérieux mec ? Si ça c’est pas du porno spé…

united states of tara doublage naze –> Je confirme si c’est ça que vous voulez savoir

jeux ou les personnes baise / jeu de gens quon doit faire baiser / baises a 3 / jeux de baise / baize ma famme sexy / jeux de person qui baise / epouse baisee par trois / baisée dans une soirée entre amis / photo porno de ex petite amie / 3 personne baize / baise tre petite / baiser entre amies –> Je pense que j’en ai au moins un par jour… Incroyable.

dieu canard –> Amen ! Il y a des gens qui cherchent des choses surprenantes, encore d’autres canards on line.

mon pere sent l’entrecuisse de ma femme –> Il y a des repas du dimanche qui doivent être très mouvementés…

smashing pumpkins ringard –> En ancien fan, je dois reconnaître que ce qualificatif leur va bien aujourd’hui…

offrir ma femme nue les yeux bandé les mains attachées –> Drôle d’idée de cadeau pour un cadeau d’anniversaire

elle porte un k-way sous la pluie / fétichisme du k wai / photo de femme nue sous un kway / photo de femme en kway / recit k-way sudation / baise en k way / nue en kway sous la pluie / nu sous un kway / –> Je ne peux rien faire pour vous et si vous trouvez du plaisir à mater un canard en plastique sous un k-way, vous êtes un peu dérangé  mais pour vous (je me suis renseigné sur ce fantasme) je vous conseille ce site : http://www.shinynylonandsatin.de

hello kitty duck –> Un chat canard, ok…

evelyne dheliat détournée / evelyne delhia est une cougar –> un autre fantasme très français à priori.

canard partouze –> Ok, là ca devient très chelou !

partouz clara morgane a la maison / clara morgane escalier –> Je savais pas qu’elle faisait service à domicile. Ca fait très D&CO comme recherche je trouve. Nouvelle présentatrice ?

acheter panoplie de lady gaga –> Bonne idée ça ! J’espère seulement que c’est pour un déguisement et pas pour aller faire un tour aux halles.

jilm morrison beurre dans le dos –> Ouai… ???

enigme porno –> « Deux trous dans un trou ? Mon nez dans ton cul » Delphine 1 – Yvan 0

vibromasseur décadent –> Un futur sujet de doctorat en sociologie.

baise marie –> 5 fois en deux mois, il faut arrêter monsieur maintenant !

Poster un commentaire

Classé dans Pas encore rangé