Le Dernier des Savage – Jay McInerney

C’est un but, une envie, un pseudo défi que je me suis donné il y a deux ans : Lire l’intégralité de l’œuvre de Jay McInerney.
J’ai déjà expliqué dans un poste comment j’ai découvert cet auteur (Ici) et à quel point j’aime son écriture, ses personnages, sa mélancolie et sa description des relations humaines.
Pour parachever cette volonté et cette faim de dévorer sa bibliographie, je viens de lire et terminer Le Dernier des Savage.

L’ouverture commence avec cette phrase : « Dieu nous a rendus aptes à l’amitié pour se faire excuser de nous avoir donné une famille.« . Elle résume à elle-seule les deux thèmes centraux du livre : La famille, Les amis.
Deux étudiants, en tout point opposé, vont se rencontrer à lors de leur prépa durant le milieu des années 60. Colocataires, le personnage principal Patrick Keane, cul pincé provincial d’une famille pauvre d’origine irlandaise, va vivre avec l’indomptable Will Savage, rebel d’une famille fortunée venant du Delta du Mississippi. Will est proche de la culture soul, du delta-blues et serait près à se damner pour cette musique alors que Patrick, lui, veut réussir ses études pour devenir avocat et correspondre aux clichés aristocratiques classiques. Une amitié étrange, bancale, passionné que l’on suit sur la moitié de leur vie qui débute en pleine révolution des mœurs. La famille a une grande importance car elle explique le choix de vie des deux amis. Une vie de drogue et d’expérimentation dans le milieu de la musique qui commence dans les célèbres Juke Joints blues du sud pour Will et une vie d’avocat d’affaire modèle pour Patrick.
Un roman qui traverse des époques très contestataires de l’histoire de l’Amérique. Un temps où un couple mixte est impossible et socialement très mal vu, un temps de révolution pour la population noire, un temps où la musique devient un symbole contre la guerre… Will Savage le producteur devient un mythe, une légende aux brisures apparentes, aux amis prestigieux et aux envies démesurées. Quelqu’un de repoussant et attachant à la fois face à un Patrick Keane trop rigoureux, trop refoulé mais fidèle en amitié.
Un roman loin des mondanités east village de New York habituel chez Jay McInerney, ce livre vous fait traverser l’Amérique pour ne pas dire les Amériques, différentes époques en pleine révolution, le tout dans le milieu musical de l’époque, bien qu’on sente pas que se soit le sujet que maitrise le mieux McInerney pour le coup. Pour légitimer la présence de son personnage dans ce milieu et faire comprendre qu’il est très influent, il se force parfois de mettre en scène obligatoirement des rock stars connues sans non plus salir leur cuirasse. Exercice parfois un peu trop casse gueule mais la spontanéité des personnages principaux et leur relation est tellement intense et intéressante que l’on pardonne tout à cet auteur, définitivement dans mon top 5.
Un roman qui s’adresse pas aux dingues de blues, soul et de musique qui pourrait y voir une histoire tournant autour de cet univers, mais plutôt pour les curieux qui chercheraient à savoir ce qu’était l’Amérique des ces années-là aussi bien dans les bars miteux du bord du Mississippi que dans un New York en pleine création.
Loin d’être mon préféré de McInerney, il reste un roman de très bonne facture et un bouquin qui se lit facilement avec beaucoup de plaisir.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Le Dernier des Savage – Jay McInerney

  1. Il ne se renouvelle pas trop, cet auteur. Déjà dans 30 ans et des poussières (que j’ai eu du mal à finir), les thèmes étaient sensiblement les mêmes : la famille, les amis, les plans foireux, la société de consommation américaine, la réussite sociale, … Je crois que je vais relire les Martine, c’est plus rigolo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s