Lilly Wood & The Prick – Invincible Friends

Ca va faire pas loin d’un an que j’écoute régulièrement l’EP Lilly Wood and the What ? de Lilly Wood and the Prick et ça commençait à bien faire de tourner en boucle le sillon virtuel de itunes sur six chansons. Heureusement, leur premier album Invincible friends sort enfin !
Découvert il y a exactement un an (ok… à un jour près), j’avais pris des places pour Liam Finn à la maroquinerie et qui assurait la première partie ? J’ai déjà écris un article sur ce concert ICI.
Ils sont dans mes fanpages sur Facebook, je regarde régulièrement leurs news sur leur site officiel, leurs vidéos et compagnie sur Dailymotion en attendant la sortie de ce premier opus si prometteur.
Première écoute, impatience palpable, cet album va-t-il être la confirmation d’un coup de cœur ?

Lilly Wood & The Prick est avant tout un duo, une rencontre musicale entre Nili et Ben qui, d’un amour commun pour la musique et particulièrement la folk, démarre ce projet ambitieux. Dès leurs balbutiements, le groupe a l’intelligence de mettre en place très rapidement un univers visuel particulier pour des mélodies qui le sont tout autant (cf. le clip de Down the Drain, visible en bas). Maniant avec précision la fusion des genres, Lilly Wood réussit là où beaucoup se sont cassé les dents, en accommodant beat éléctro soigné avec de la pop colorée , du soft rock faisant colocation avec des ballades mélancoliques ou nébuleuses.
La voix de Nili est unique, une signature singulière, un grain incomparable, un accent anglais harmonieux faisant oublié instantanément que le groupe est pourtant français, bref la révélation d’une chanteuse qui a écouté les plus grandes, a su s’en inspirer et se les accaparer pour offrir à ses auditeurs un déluge d’émotions à foutre la chaire de poule.
Les compositions de Ben (le prick traduisible par le con) sont superbes et s’unissent impeccablement avec le chant. Invincible Friends emporte, chaque titre est comme une surprise les yeux bandés, l’excitation est au rendez-vous alors qu’on ne sait pas où on va être emmené. Tout démarre avec Hey It’s Ok, une pop song sur-vitaminée à l’orchestration hallucinante de précision et au refrain enivrant. On passe directement à No no (kids), un hymne éléctro fonctionnant au quart de tour se mutant avec une ligne de basse groove et un piano soul entraînant pour des paroles pourtant pessimistes, limite nihilistes. Vient dans cette foulée démentielle le single Dawn the Drain, la chanson qu’on a en tête tout le temps et qu’on a envie d’écouter encore et encore, un tube radio de bonne facture en devenir qui remplit le cahier des charges d’un futur grand des charts sans le coté manufacturé habituel.
Delà, la suite n’est encore qu’enchantement avec les ballades superbes de Cover my Face (ma préférée à la première écoute) et de Prayer in C, l’électro-rock dansant de My Best, la country song de Little Johnny ou le final époustouflant Hymn to Invicible Friends dans une ambiant folk torturée proche de l’envoutement musical parfait.

Rares sont les albums qui, dès la première écoute, séduisent et laissent cette impression de onze titres hyper-travaillés, ayant leur place naturellement à un moment de l’opus et de façon logique.
Sur le papier il n’est pourtant pas simple de mélanger différents styles, les faire cohabiter dans une harmonie intelligible, un univers, et pourtant Lilly Wood & the prick réussit l’exercice avec une facilité déconcertante.
La confirmation que l’éléctro-pop en France a de beaux jours devant elle et qu’elle pourrait bien devenir la French Touch 2.0, des frenchy chantant en anglais avec une patte particulière et ce quelque chose de chez nous indescriptible.
Un gros coup de coeur et la promesse d’au moins une année où le sillon virtuel de mon ipod va tourner encore et encore sur les fichiers numériques de Lilly Wood & the Prick.
Un petit conseil en passant, après avoir acheté l’album, allez sur leur site officiel où contre votre adhésion à leur page facebook ou contre votre email, le groupe vous offre leur reprise géniale de L.E.S. Artistes de Santagold.
Lilly Wood & the Prick, definitely not a waste !

Lilly Wood & the Prick
Down the Drain

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Musique

4 réponses à “Lilly Wood & The Prick – Invincible Friends

  1. Sympa ! Je ne connaissais pas ! Ca fait aussi penser à The Do d’ailleurs ! Merci d’être passé chez moi ! 🙂

    • Ils sont sur le même label d’aileurs mais la voix de Nilli est moins agaçante que celle d’Olivia sur le temps mais il y a quelque chose de The Do effectivement. Je reviendrai chez toi 🙂
      Cordialement

      Dicky le Canard

  2. liviehehe

    Très chouette album à la hauteur de l’EP !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s