Ben L’oncle Soul

J’ai découvert Ben l’oncle Soul comme, je pense, à peu près tout le monde il y a quelques mois quand il a sortit sa reprise brillante de Seven Nation Army des White Stripes. Réussir à reprendre si tôt un tube qui a tourné autant, à en devenir un hymne de stade, est un exploit qu’il faut lui reconnaître, un vrai tour de force. Sa force justement ? Savoir faire de cette cover un morceau soul très enjoué qui redonne une seconde vie à une ligne de basse déjà mythique.
Fan de cover depuis toujours, je me suis procuré son premier EP où il y a de très très belles surprises avec notamment Say You’ll be There des Spice Girls et Crazy de Gnarls Barkley dans des versions cuivre soul vraiment très bien foutues avec des arrangements qui sonnent comme à l’époque.
Fort de son succès, son premier album sort le 17 mai dernier avec bien sur la reprise de Seven Nation Army en fleuron et premier titre de l’opus, histoire d’être sur que si quelqu’un fait une écoute sauvage de l’album, il tombe sur le tube dès le début. Treize autres titres derrière attendent leur tour et c’est là que les choses se compliquent. Déjà sur son premier EP, j’avais eu beaucoup de mal avec sa version de Sympathique (je ne veux pas travailler) de Pink Martini, en français sous un rythme reggae, parce que que son flow et le français lui allait moins bien.  Confirmation de cette sensation dès Soulman qui donne l’impression de regarder un long-métrage Disney où il a un interlude musical. C’est horrible de faire cette comparaison mais il faut bien reconnaître que Petite soeur pourrait être parfaite pour une chanson dans un Disney, ça ressemble à Je suis ton Ami dans Toy Story, à Être un homme comme vous dans Le Livre de la Jungle ou une chanson de la Princesse et la Grenouille
Quand on écoute un artiste qui chante bien, a une voix du tonnerre, maîtrise les codes du style, a du swing et qu’il se retrouve dans une production atroce comme celle-là, on a envie tout de foutre en l’air. Ca sent le savon, c’est lisse et ça glisse, aucune prise de risque, pas un moment où ça se déchaine plus qu’un autre… depuis quand la Soul music est aseptisée ?
Le genre continue d’exister avec des nouveaux talents incroyables comme Mayer Hawthorne ou tout simplement Amy Winehouse. Pourquoi Amy Winehouse a aussi bien fonctionné musicalement ? (En mettant de coté sa carrière parallèle dans les tabloïds) Parce que Mark Ronson lui a donné un son unique qui sent la sueur, le vécu, le vintage, le flea market sixties alors que là c’est du American apparel en coton bio qu’on nous refile à écouter, une son policé chiant comme un bar lounge.
Ca se ressent beaucoup pourtant qu’il a écouté Otis Redding en boucle, vénéré comme il se doit Wilson Pickett et eu un début de priapisme incontrôlable devant un live de James Brown, alors pourquoi ne pas mettre en exergue les performances des modèles et péter la baraque en faisant monter l’adrénaline doucement, doucement, doucement jusqu’à un déferlement d’émotions en pleine gueule… (j’ai en tête Try a Little Tenderness par Otis Redding).
De plus, faire de la soul n’est pas une mince affaire mais la faire en français complique l’exercice encore plus. Les paroles tiennent bien la route, elles sont bien cadencées mais le phrasé, même avec le plus beau des efforts, n’est pas fait pour ça. Partir est le titre où la langue dérange le moins parce que c’est plus de la pop, une ballade qui plaira surement beaucoup mais qui s’apparente plus à du Corneille qu’à Little Richard.

A aucun moment les qualités vocales de Ben l’oncle Soul ne peuvent être remises en question, il a une musicalité irréprochable mais allez ! qu’il mouille le costard, que la folie l’emporte, que son prochain enregistrement fassent moins production studio au clic et là, je serais un fan inconditionnel du bonhomme. Je pourrais à ce moment-là retirer cette image Mickey de ma tête quand j’écoute l’album, chose impossible pour l’instant.  Le voir en concert pourrait beaucoup aidé à cela je pense mais mon enthousiasme face à l’album me retient quelque peu.
C’est dommage parce qu’il me fait penser à Sinclair a ses débuts, avec cette idée casse gueule dans un premier temps  d’un musicien passionné qui a cette envie folle et ardue de transformer son style musical préféré en français. Il y a aussi quelque chose de Tété dans l’écriture et le placement vocal.
Ben l’oncle Soul est un sacré artiste au grand potentiel mais qui, à mon goût, a été étranglé dans son génie par une maison de disque voulant à tout prix des paroles en français pour un meilleur carton dans les charts, chanter en français est mode en ce moment.
La soul c’est comme le vin, ça se bonifie avec le temps donc j’ai bon espoir pour lui.

Ben L’oncle Soul
Seven Nation Army

L’album est en écoute sur Deezer aussi : ICI

*photo : Annaïg Anquetil
Publicités

7 Commentaires

Classé dans Musique, Videos, liens et toute la panoplie

7 réponses à “Ben L’oncle Soul

  1. Hey sympa ce blog! Contente d’avoir trouvé par ici une de mes photos de Ben! A bientôt! 🙂

    • J’ai pas trouvé ton blog mais je tenais à te créditer. Merci à toi de faire des photos cools comme ça. Je vais regarder ton Flickr de plus près. Cordialement.

      Dicky

  2. Alain

    Hello
    comment peut etre en admiration avec des mecs qui font des reprises de titres internationaux ..
    he ouias faire du neuf avec du vieux .. facile

    • Alors j’ai sévèrement critiqué Ben l’oncle Soul et ses prestations actuelles ne me donnent toujours pas envie de le féliciter mais je ne peux être d’accord avec cette critique car la reprise est un art, un art injuste et très très difficile car réussir à lui donner une personnalité, une touche, une nouvelle vie est un exercice particulièrement difficile et franchement, Ben se démerde pas mal pour le coup. Faire une cover est très compliquée et c’est souvent intéressant de voir ce que quelqu’un d’autre peut faire d’un tube trop entendu.
      Cordialement

      Dicky le Canard

  3. DB

    A l’auteur de la critique de Ben l’oncle Soul sur ce blogue, j’aimerais mentionner que ce jeune homme de Tours est franchement formidable. C’est lui qui faisait le spectacle d’ouverture du Festival International de jazz de Montréal hier soir et je peux vous affirmer que la foule était en délire, moi incluse. Il nous a envoutés et a livré, avec ses musiciens formidables, une performance inoubliable. Nous étions aux anges.

    Comme j’ai l’âge d’être sa mamie, et que je connais le soul, R & B, etc., et que j’ai vu à l’époque des musiciens et formations comme James Brown, Jimi Hendrix, Cream, Who, mais également un tas de groupes R&B, funk et soul américains qui se produisaient à Montréal, je m’y connais dans ce genre de musique. Je peux vous affirmer que Prince, S. Wonder et autres idoles de ce genre musical peuvent tous aller se rasseoir, car la relève est bien en place avec ce jeune Ben qui a du ressort, une la présence incroyable sur scène et un timing « du maudit » (expression québécoise)., en plus de références solides (Curtis Mayfield, c’est pas évident pour un jeunot, mails il connaît !) et son anglais chanté est PARFAIT. On l’adore et on en redemande.

    Petite question: connaissez-vous un vieux de la vielle nommé Gilbert Montagné ? Je crois qu’il ne faudrait pas l’oublier, car c’est un des premiers Français à faire du soul en français et à chanter du soul avec autant d’authenticité. Il avait vécu à Montréal il y a bien longtemps et je ne l’ai pas oublié. Selon moi, il est encore et toujours un artiste sincère et puissant, un excellent ambassadeur de soul en français.

    P.S. Chez-nous une reprise est « un » cover et pas « une » cover..

    Bye Bye.

    • Bonjour Danielle,

      Je suis l’auteur de cette critique concernant Ben l’oncle Soul, je suis un canard en plastique et je suis enchanté par votre critique. Je vais essayer de faire court mais pour résumer je suis tout à fait d’accord avec tous les points que vous développez. Loin de moi l’idée de remettre en doute l’intégrité et le talent de ce jeune chanteur, je trouve que d’un point de vu technique, son chant iirréprochable, il a été bercé avec cette musique, il connait ses codes, connait ses rouages, là dessus il n’y a rien à dire. Ce que je critique le plus dans mon article, c’est la production qui sent le savon, trop lisse, trop propre, sans aucune folie, sans aucune aspérité, bref pas (de) soul pour un dollar. J’ai vu ces derniers mois, après l’écriture de mon article donc, la retransmission d’un de ses concerts sur France 4 et c’est là que je rejoins votre critique, il est un showman impressionant et débordant d’énergie, ses musiciens sont fabuleux et donnent une profondeur aux morceaux loin d’être inintéressantes et ses covers (étant un mot anglais non-utilisé dans le dictionnaire français, il n’y a donc ni masculin ni féminin définit mais il est souvent utilisé au féminin par habitude. Le mot français est reprise) de très bonne facture. Par contre, je n’ai pas adhérer à ses paroles que je trouve mièvre et taillée pour un Disney, je ne peux pas revenir là dessus car ca n’a fait que confirmer mon propos. Ma nouvelle critique que je pourrais faire à ce jeune homme n’ayant pas fini de faire parler de lui, c’est qu’il en fait un peu trop en interview et autour de son image, trop d’accesoire pour prouver qu’il est 60s’, trop de références, trop de… trop de… Concernant Gilbert Montagné. Ce n’est pas l’aider queele comparer à cet artiste qui a été une star dans son style et en son temps mais qui a en France, toujours été considéré comme un ringard de première avec ses synthés de prisunic et ses paroles assez idiotes, est ce qu’on est élitiste en France ? Complètement, est ce qu’on dénigre vite quand les paroles ne sont pas à la hauteur de nos attentes ? Tout à fait, on a une culture de la langue dans la chanson qui veut qu’on ne peut pas chanter une chanson sur des chaussures en daim bleues ou sur le fait que demain c’est vendredi parce qu’aujourd’hui c’est jeudi et qu’avant hier c’était mercredi… ce n’est pas accepté quand on fait de la pop sinon on est très critiqué, désolé donc de ne pas être originel et de répondre aux stéréotypes classiques de notre culture. Vous avez au quebec une ouverture que nous n’avons pas et vous avez bien de la chance… Le français ne va pas à tous les styles, bien que musicien hors paire, Sacha Distel a essayé le jazz manouch en français, ca n’a pas très bien prit. Si Ben l’oncle Soul est le symbole de la soul à la française et bien c’est parfait, un jeune avec du talent, ne changeons rien !
      Cordialement

      Dicky le Canard

  4. LaTêteàToto

    Moi je suis d’accord avec tout le monde.
    Ce mec a un gros potentiel… faut juste reconnaitre que l’album est un peu froid, trop lisse, manque de resonnance… et au prix actuel des CD, ça fait mal.
    Il devrait plutôt mettre ses concerts sur CD plutôt que de faire du studio.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s