J’aime beaucoup ce que vous faites…

Virgin 17 est une chaîne épatante. Après avoir été la première chaîne a diffusé des émissions de qualité telles que Next ou Beauty and the Geek, la chaîne phare de la TNT produit aussi du contenu du même acabit.
Au milieu de grandes questions existentielles comme qui sera le plus sexy, où qui est la femme la plus séduisante de l’année (sondage réalisé par FHM, c’est dire la véracité des données) Virgin 17 est avant tout une chaîne musicale et donc propose un journal qui ne parle que de ça : J’aime beaucoup ce que vous faites. Présentée par Olia Ougrik, actrice de son état et bimbo fertile à la filmographie très étonnante (Die Hard 2, La Famille Addams ou I’m A Sex Addict), l’émission parle hebdomadairement de musique. 52 minutes d’un « road movie glamour et drôle » est au programme sur le papier mais le résultat est une sorte d’allée sans retour en RER pour une banlieue pavillonnaire clinquante mais chiante. Olia Ougrik fait son boulot et envoi les rubriques les une après les autres mais le contenu éditorial est terrifiant car vide d’infos. Tout n’est qu’une vitrine, des infos non approfondies prises à NME ou Pitchfork et un surf constant sur ce qui est parisiennement à la mode ou dans le buzz made in web.
Après des news plus peoples que musicales, l’émission parle d’artistes très très mainstreams avec portraits et interviews classiques, normal c’est une émission grand public, puis saupoudre le tout de découvertes internationales plus underground, rien à redire ça c’est très bien, mais arrive le temps des rubriques poubelles comme le combat des fans qui essayent de départager deux artistes qui n’ont rien à voir comme Noir Désir Vs. Indochine, Justice Vs. David Guetta (je leur conseille Sex Pistols Vs. Tokio Hotel ou Bob Dylan Vs. Christophe Maé) , la rubrique météo des concerts qui ne donne ni envie ni pas envie d’aller voir un artiste et le pompon, la cerise qui fait déborder le vase, la rubrique de Jean-Louis Gérard.
Jean-Louis Gérard est à priori le rédac chef de l’émission et chaque semaine il donne son coup de cœur et coup de gueule. Sorte de Perez Hilton parisien mélangé avec un Jean-Pierre Coffe de la musique new-generation traînant souvent au Pop-In, Jean-Louis Gérard s’énerve tout le temps et est horripilant par ce ton exaspéré qu’il a tout le temps pour tout et n’importe quoi. Il est le prototype du journaliste qui ne va jamais bien, qui a toujours quelque chose à dire ou à critiquer dans le coin VIP d’un festival parce que franchement ça pourrait être mieux.
L’émission fait des efforts pour parler d’artistes en développement comme The Rodeo ou des myspaceux donc ça enlève un peu ce goût corrosif d’inutilité crasse peoplo-journalistique mais reste tout de même une coquille vide d’info.
Je crois que Jean-Louis Gérard est pour moi à la musique ce que Jean-marc Morandini est à l’information média : une hérésie. Il va être ma tête à claque préférée du PAF cette année donc merci à lui d’exister car on a tous besoin d’un Némésis.
Jean-Louis… NEXT !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans T.V.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s