Eating Animals de Jonathan Safran Foer

Jonathan Safran Foer est un écrivain américain de 31ans, il est l’auteur de Tout est illuminé(Everything Is Illuminated) et de l’incroyable Extrêmement fort et incroyablement près (Extremely Loud and Incredibly Close).

J’ai découvert cet auteur par hasard, au détour d’une conversation cinématographique. Je crois que tout vient d’un constat amer sur la qualité déplorable d’acteur de Tobey Maguire (Spiderman, Las Vegas Parano, Pleasentville) dans The German de Steven Sodenbergh et d’une comparaison qui a été faite avec Elijah Wood (Eternal Sunshine of a Spotless Mind, La Trilogie du Seigneur des Anneaux, Sin City) qui a, à peu près, la même carrure et de la même génération d’acteurs. Vient sur la table la prestation d’Elijah Wood dans Tout est illuminé. Je n’avais jamais entendu parlé du film réalisé par Liev Schreiber ni du livre. Comparaison avec l’univers délirant de Wes Anderson, visionnage de la bande annonce, commande instantané du DVD dans la foulée, je dois voir ce film. Mais après l’avoir reçu, je me rends compte que je préfère le lire avant de le voir. La semaine suivante, un passage à la fnac me pousse à me retrouver avec Extrêmement fort et incroyablement près dans les mains, à lire la quatrième de couverture et à le commencer dans les minutes qui suivent. Le roman, dès le premier chapitre, me fait comprendre qu’il allait me retourner comme une crêpe, voir même me briser le morale comme sait si bien le faire les livres pour lesquels j’ai un vrai coup de cœur. Le synopsis est simple : un enfant d’une dizaine d’années perd son père dans les attentats du 11 septembre. Aventurier et très malin, il trouve une clé dans un vase bleu et part à la recherche de cette serrure qui l’aidera dans son deuil et fera ressortir toute son histoire de famille.
Petit bijou intelligent et ultra sensible, c’est mon roman de l’année, celui qui m’a remué comme depuis longtemps je ne l’avais pas été. Je le recommande chaudement à tout le monde.
Je termine actuellement Tout est illuminé qui est très intéressant et très drôle mais dont la traduction doit amoindrir la qualité et qui d’un point de vu du style d’écriture me plaît moins.

Pourquoi je parle de ça, parce que sa nouvelle œuvre sort aux Etats-Unis et qu’elle fait parler d’elle.
« Eating Animals » de son nom, est un roman sur la nourriture et sur le fait de manger des animaux.
Il faut savoir que depuis quelques années, une nouvelle mode grandit aux USA, la Vegan Food. Réponse directe à une population qui grossit et connaît des problèmes économiques énormes à cause d’une l’obésité touchant toutes les classes et tous les âges, la Vegan Food est devenue une philosophie de vie, un mouvement intellectuel qui tente à démontrer qu’une vie végétarienne est possible, saine et écologiquement citoyenne.
Activiste et donneur de leçon, les végétariens et végétaliens ont un gros problème à leur actif, lorsqu’ils veulent responsabiliser la population, on leur balance toujours le même refrain, qu’ils sont comme Adolf Hitler qui est tristement le végétarien le plus célèbre de l’histoire, ce qui n’aide pas vraiment faut bien le reconnaître.
Safran Foer est plus dans le roman que dans le pamphlet végétarien. Ultra documenté, il met en cause les exploitations animales, la manière inhumaine dont est traité le bétail et l’industrialisation de la nourriture qui se révèle dangereuse pour l’homme mais aussi parle surtout de sa famille,  de ses racines, de la cuisine de sa grand-mère et comment notre société est incompréhensible envers les animaux. A travers son histoire, sa vie, il met en évidence le fait que l’abus d’antibiotiques sur les animaux et la stagnation des excréments, par exemple, polluent notre vie quotidienne en créant des maladies et de bactéries. Nous mangeons de cette manière pour des raisons, par rapport à qui nous sommes et d’où nous venons et par rapport à l’histoire de sa famille. Le livre va plus loin, en faisant une analogie entre ce que l’on mange et ce que l’on symbolise. La religion (le pain et le vin, le poisson le vendredi chez les catholiques ou l’eau salé, la nourriture cachère chez les juifs),  les fêtes représentantes d’un peuple (Thanksgiving, la poule au pot), toute en dénominateur commun la nourriture. Toute la question du livre repose la dessus, comme les deux romans précédents, il cherche à savoir qui nous sommes au fond de nous et si nous  avons vraiment besoin d’appartenir à un groupe pour être soi. Est-ce que nous mangeons nous définit entant que personne ou ce que nous sommes définit ce que l’on mange ?

Un roman qui a poussé Natalie Portman a écrire un article dans The Huffington Post sur sa post-réflexion  sur le sujet. Eating Animals n’a pas encore de date de parution en France mais je l »attends avec une grande impatience. Il est possible de lire un extrait (en anglais) ici tiré du New York Times ou aller sur le site mais en attendant la suite,  je vais aller me faire un bon steak tiens…

Un second article est disponible sur le blog avec la date de sortie et d’autres infos : ICI

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Bouquins, Canards & autres mots sur papier

8 réponses à “Eating Animals de Jonathan Safran Foer

  1. Vous avez raison de dire que le régime végétalien est une mode qui grandit aux États-Unis. Même ici au Québec, c’est plutôt une affaire d’anglophone. Il n’existe pratiquement pas de livres de cuisine végétalienne en français alors qu’on en compte des dizaines, en anglais, sur Amazon. Par contre, bien que l’obésité soit un réel problème chez nos voisins du sud, la « mode » du végétalisme est surtout une conséquence du factory farming, omniprésent en amérique (je ne sais pas trop ce qu’il en est de la France, je crois que les normes européennes sont plus strictes). Les animaux sont élevés dans des conditions misérables et des les années 70, on a commencé à s’en inquiéter. Le mouvement a pris de l’ampleur dans les années 90, notamment grâce à PETA et ses campagnes-choc. L’association du régime végétalien à la santé, elle, est plus récente et est surtout venue avec les ouvrages de Mark Bittman et Michael Pollan. Reste que la très grande majorité des américains qui sont végétariens (ou vegans) le sont pour ds questions de santé animale, comme Jonathan Safran Foer, et pas pour leur propre santé.

    Sinon, j’achève Eating Animals et le compte-rendu avance lui aussi!

  2. […] »mais en attendant la suite, je vais aller me faire un bon steak tiens… »: une reponse simplement demente et la demonstration de combien il est difficile de faire comprendre le choses les plus evidentes… Quelle tristesse!
    La sanglante industrie française empecherà le plus possible la traduction de « Eating animals » car il faut pas savoir la veritè.

    • Je pense que Eating Animals ne va pas déclencher un changement radical dans la consommation de viande en France ni dans le monde, je suis très impatient de lire ce livre car je suis fan de l’auteur et de sa manière si particulière de raconter les choses. L’automne en attendant la suite…
      Cordialement

      Dicky le Canard

  3. REROLLE

    Merci de me prévenir lors de la parution de nouveaux
    articles à propos de ce livre ou du sujet qu’il traite, je suis
    très intéressée par ces questions du bien être animal et de la
    maltraitance en particulier des animaux destinés à
    l’abattoir.

  4. taddei

    Hitler n’a jamais été végétarien de sa vie, il serait bon de se documenter avant de répéter de telles inepties !!! Il a modéré sa consommation de produits animaux, certe, mais c’était sur les recommandations de son médecin à cause de ses problèmes gastriques…

    • Merci pour cette précision mais je n’affirme pas qu’il l’est, j’ai simplement souligné le fait que c’est un argument revenant régulièrement par des personnes sans imagination et donc mal renseigné pour attaquer les végétariens… après dans l’absolut je ne me suis pas renseigner outre mesure je le reconnais et vous remercie pour l’information.
      Cordialement

      Dicky le Canard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s