Archives mensuelles : juillet 2009

Un clip & un Tango signé Lomo

gotanpolAlors que l’on aime ou que l’on n’aime pas musicalement, il faut regarder le clip Santa Maria de Gotan Project pour la performance visuelle. Avec cette mauvaise habitude du numérique et de sa perfection souvent chiante, en regardant ce clip on pourrait croire que tout les effets sont fait en post production mais en fait pas du tout. J’en parle tout le temps mais la société d’appareils photo Lomography a accepté le challenge de faire une vidéo animée à partir de photos fixes. Les effets de carrés sont des planches contacts ou les points repères pour monter ce petit chef d’œuvre, et là d’accord c’est de la post prod mais de la post prod à partir de quelque chose de réel et pas uniquement du virtuel assisté par ordinateur. C’est l’équipe de Lomography UK qui est venu à Paris faire les shoot avec différents appareils pour faire filmer ce couple dansant le tango majestueusement. Une sorte de clip en effet flip book avec un montage simple mais efficace.  Une vidéo vraiment impressionnante.

Poster un commentaire

Classé dans Videos, liens et toute la panoplie

Brad Pitt is a geek !

pittpolaBrad Pitt est de le très loin le mec le plus énervant tellement il est beau, tellement il a la classe quand il porte des fringues ploucs, tellement il est incroyablement cool, tellement il est bon acteur, tellement il choisit des films cultes, tellement il a l’air d’être un type sympa et loin d’être con, bref c’est un cauchemar si on commence à le comparer à soi-même.

Ce mec là à tout pour plaire. Il a une femme qu’on n’oublie pas, il fait des guests dans Jackass parce que c’est ses potes lui demandent et qu’il trouve ça fun d’être déguisé en singe qui fait n’importe quoi dans la rue, il a un appareil fisheye 2 blanc de chez lomography (cf. cette photo), il construit des complexes de maisons pour les gens de la Nouvelle Orléans qui ont tout perdu, il a été Tyler Durden et pour la sortie d’Inglourious Basterds, il a accepté de jouer au Geeks pour le magasine Wired. Il a fait des commentaires marrants à propos d’une sorte de guide de vie pour humains très évolués créée par le magasine.  Les conseils servent à méditer sur des questions problématiques comme  » Je veux publier une photo des fesses de ma femme sur twitter « à la Ashton Kutcher » (en français dans le texte), ai-je besoin de lui demander au préalable or puis-je photographier, publier et espérer qu’elle soit flattée ? » réponse de Brad Pitt :  » Ne prenez pas une photo des fesses de votre épouse. Ne soyez pas imbécile. Prenez une photo des fesses de la femme des autres. » Que des conseils de bâtards. Il a fait une série de photos que j’adore signé par Dan Winters. Des photos geeks vraiment funs.

Poster un commentaire

Classé dans Photos

La chanson de la semaine – Semaine#10

nosfellpolaJe continue à vivre un été un peu chiant musicalement, j’écoute que du vieux voir du très vieux, genre je fouille la discographie de mon père pour entendre un truc un peu différent pendant que Francky Vincent chante « tu veux du zizi » à la télévision.

La chanson de la semaine est entêtante, assez surprenante, m’a séduite rapidement et à pour titre : Bargain Healers (Nirsikil) de Nosfell. Pour ceux qui ne connaissent pas cet artiste performer extraterrestre, Nosfell est français, parle très bien anglais mais préfère la langue de son monde nommé Klokochazia. Sorte de trip-hop expérimental planante mélangeant tous les styles de la pop-rock , Nosfell est un énergumène musical fascinant et magique. Son dernier album éponyme, sortit en juin dernier, est un vrai petit bijou qualitatif et une introspection musicale incroyable. Les paroles sont incompréhensibles à part si on a été initié mais ce n’est pas grave, c’est ce qui fait aussi le charme de l’artiste. Deux titres sortent leur épingle du jeu car chanté dans des langages que l’on connait : La Romance Des Cruels (Torenzi Sev’Ij) chanté en français par Daniel Darc et Bargain Healers (Nirsikil) qui est en anglais. Ce titre in english est particulier car Nosfell a laissé le micro à Josh Homme et Brody Dalle pour assurer les voix. Josh Homme est l’imperturbable leader roux des Queens Of The Stone Age qu’il mène d’une main de maitre depuis plus de dix ans. Icône des néo-stoners, Josh Homme serait entrain de faire une infidélité à son groupe pour monter un side project avec son pote qui lui a filé un sacré coup de baguette sur l’album à succès Song for the Deaf : Mister Dave Grohl (ex-Nirvana, et leader des Foo Fighters) et John Paul Jones (bassiste sexagénaire de Led Zepplin). Pour ce petit guest chez Nosfell, le Homme est accompagné de sa femme, la délicieusement rock Brody Dalle, ex-chanteuse du très couillut The Distillers et leadeuse de son nouveau projet rock FM un peu pourri The Spinnerettes. La chanson est une ritournelle, une comptine pour enfant qui s’imprègne parfaitement à cet univers barré propre à Nosfell. En tout cas, c’est pas tous les jours qu’on voit un guest aussi préstigieux sur un album français.

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Méchant Canard !

randerouepolaJe dois bien reconnaître que ces dernières semaines, malgré le fait que je sois en vacances, j’ai pas beaucoup posté, méchant méchant canard. Je voulais juste faire un petit coup sauce je m’excuse mais y a des trucs qui vont venir, comme un Dicky journaliste aux vieilles charrues 2009 et des tas de photos. Le mois d’aout ne va pas être plus brillant vu que mon bec sera loin d’un clavier donc ca risque de ne pas beaucoup bouger non plus mais la rentrée sera productive… ou ne sera pas ! A bientôt sur nos lignes et bon été !

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Renan Luce – Vieilles Charrues 2009

Proclamé nouveau messie breton de la chanson française après le succès de son premier album, Renan Luce est la grosse attente de ce début de soirée aux Vieilles Charrues. Âpres les belges de Ghinzu boostés a la bière locale, Renan Luce et sa petite gueule de type sympa vient faire swinguer un festival affichant complet.
Renan c’est le petit ami brestois parfait, avec sa tête de gentil garçon vaguement blondinet, on l’imagine bien avec un pull marin être le guide parfait du musée de l’épagneul breton de Callac ou savoir tenir la barre d’un vieux voilier en bois tout en racontant une légende celtique. Il est talentueux, jeune, beau garçon, il sait tout faire mais surtout mettre ses souvenirs en chansons. Dom juan looser sûr les bords, le thème principal d’une majorité de ses chansons est la gente féminine. Fils spirituel de Felix Grey et Herbert Leonard, Renan est tour a tour le célibattant qui souffre d’expériences pas folichonnes ou il était la victime, le vicelard qui matent les voisines en douce, le type qui reçoit un courrier ne lui étant pas adressé et qui y voit une opportunité de choper une suicidaire et j’en passe et des meilleurs. Malgré ce côte casanova oiseau blessé, il est un conteur hors pair. Fan de cinéma, Ronan Luce sait en quelques mots nous dessiner les esquisses d’un personnage, planter un décor, mettre en place un suspens le temps d’un refrain, bref créer un court métrage mental dans l’esprit de ses auditeurs. Il sait tout faire!

Sa prestation scénique est-elle sympathique ? Évidemment ! Son sourire et sa fraicheur suffisent à galvaniser les foule pardis ! C’est sa première prestation aux Vieilles Charrues mais il est a l’aise, ici c’est chez lui, il parle la langue du pays, toute sa vie est là et il fait tout pour le faire savoir. Son hommage à Micheel Jackson est il sincère ? Bien sur que oui car Michael aurait fait autant pour lui et musicalement le King of Pop n’est il pas une influence majeure dans sa variété bercée de souvenirs…
Une majorité des filles du public le verrait bien en petit ami est-ce mérité ? On ne peut plus mérité, comment résister a cette voix cassée et suave de jeune vingtenaire nostalgique cherchant l’amour dans le reflet d’une Amélie Poulain de Ploumanach qui ferait les meilleures galettes saucisses de toute la région. Mais ou est-elle ? Nul le sait mais se serait sympathique de sa part de se dépêcher d’arriver rapidement pour qu’il arrête de faire de chacun de ses tracas amoureux une chanson ou il répète 20 fois le refrain. Aucune surprise majeure, les versions concert ne changent rien de celle de l’album, les orchestrations sont un peu mollassonne et une chose est claire, Renan Luce ne doit pas avoir besoin de changer de chemise après le spectacle tant il est statique.
Le petit ami breton sait tout faire, tout sauf peut être diversifier sa musique et lui donner vie sûr scène. Il sortira bientôt un nouvel album nommé Le Clan des Miros dont La fille de la Bande sent le single qu’on va bouffer non stop à l’automne. Renan Luce sait tout faire même revenir alors qu’on ne voulait plus de lui…

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Feu de paille dans un stock de bois

johnnyDepuis le début de l’année court des rumeurs incroyables concernant la possiblité d’un nouveau Woodstock pour fêter les 40 ans de ce concert mythique. Elle a eu beau courrir, elle n’est jamais arrivée car les deux évenements majeurs qui devaient être programmés respectivement à New York et en Allemagne (sur l’aéroport qui faisait la fierté d’Hitler) ont fait couler beaucoup d’encre mais sont introuvables car inexistants (Le quartier de Berlin Tempelhof-Schöneberg organise à la place un festival pyrotechnique pour ceux que ça intéresse). Il y aura bien un rassemblement de sexagénaires à Bethel dans l’état de New York avec des restes de groupe de l’époque, des faucilles musicaux qui tiennent encore debout par on ne sait quel miracle de la médecine vu les quantités astronomiques de drogues diverses incubées, mais rien d’aussi incroyable qu’on ne pouvait le dire.
Le mythe hippie est retombé à travers le monde, les soixantehuitards ont été discrédités par la politique Sarkozy en France et le résultat est que France 3, hier soir, a déclaré que le concert de gratuit de Johnny Hallyday sur le Champs de Mars était « un Woodstock » français…
Les punks ont gagnés, les flowers powers ont fané, Paris à vous les studios…

Poster un commentaire

Classé dans Musique

La Chanson de la semaine – Semaine#8

polaelliottBon c’est officiel, c’est l’été musical le plus pourri que j’ai passé depuis des années. Déjà pour la première fois depuis dix ans, nous sommes mi-juillet et je n’ai pas encore fait de festival estival, ce qui est une première. Résultat, je n’ai pas découvert de nouveaux groupes et donc rien de neuf à me mettre sous l’oreille. Ce ne sont pas les albums dit de l’été qui vont sauver tout ça alors j’ai choppé un peu tout et n’importe quoi mais rien ne m’a retourné pour l’instant. J’ai beaucoup d’espoirs en The Dead Weather et dans le dernier Nosfell qui attendent bien sagement que je fasse glisser leurs dossiers respectifs dans Itunes mais en attendant rien à de neuf sous le soleil de satan.

La chanson de la semaine sera donc un titre que je connais depuis longtemps mais qui a eu le pouvoir d’attirer mon attention et que j’ai tendance à passer plusieurs fois dans la journée. Pour des raisons de respect de moi-même, je ne pouvais pas décemment mettre Fuck You de Lily Allen qui tourne pas mal depuis une semaine, c’est dire mon désarroi musical. Le single de la semaine est Memory Lane d’Elliott Smith.

Pour ceux qui ne connaissent pas Elliott Smith et bien je ne saurais trop vous recommander de vous point laisser aller à la tentation d’écouter cet artiste incroyable et trop peu reconnu. Elliott Smith est auteur compositeur interprète américain de génie. Un folk grandiose, une orchestration qui au fil du temps prend de la cuisse et de textes ficellés serrant avec eux une nostalgie palpable et une tristesse infinie. Il a réussit à se faire connaître en composant Miss Misery, bande originale du film de Gus Van Sant Will Hunting, qui se retrouva nominé aux Oscars. Passage obligatoire sur la scène d’Hollywood, Elliott Smith n’a pas le droit de la jouer assis sur une chaise, il  débarque alors en costume blanc avec une guitare acoustique et, accompagné de l’orchestre, fait une version poignante mais écourtée de son single qui deviendra un tube. L’Oscar reviendra à Céline Dion et son horrible My Heart Will Go On pour Titanic (ah…si seulement elle avait pu sombrer avec ce bateau...)
Il continue une belle carrière, connaît un succès assez important pour un artiste folk et refait parler de lui en reprenant Because des Beatles à cappella pour l’ouverture d’American Beauty.  Le crack et l’héroïne rattrape Smith et ses dernières années sont un cauchemar. Paranoïaque, suicidaire, il ne termine aucun des albums qu’il commence. Après une fin de vie en dent de scie, il se suicidera après une dispute avec sa petite amie qui a des allures de Courtney Love tant tout le monde doute de la véracité de son témoignage et le soupçonne d’homicide. Un artiste qui laissera une trace indéniable dans la folk américaine et qui a inspiré nombre de groupes comme Beck ou Death Cab for Cutie.
Memory Lane est présente sur From a basement on the hill, un album posthume fait de différentes sessions d’enregistrement, un peu comme l’est Sketches de Jeff Buckley.

Memory Lane est une métaphore, celle d’un hopital psychatrique où tout va bien mais où comme ça des élements néfastes mentaux viennent perturber cette avenue de ville imaginaire. Un titre nihiliste, intense et qui a effet de serre gorge dès les premières notes de l’harpège. Du pur génie, un des artiste les plus important dans ma vie.

Poster un commentaire

Classé dans Musique