Is There Anybody Going to Listen To My Story ?

polagirlToutes les semaines (enfin dans la mesure du possible), je vais mettre ma chanson qui représente au mieux ces quelques jours de ma vie. C’est toujours difficile de choisir une chanson. Ça peut être parce que je l’écoute beaucoup à ce moment T, parce que j’ai vécu quelque chose qui m’y fait penser, parce qu’elle me rappelle un souvenir, parce que simplement j’ai envie de la faire découvrir.

Cette semaine, j’ai décidé de choisir Girl des Beatles.
Pourquoi ? Parce que je me suis promené sur les bords de Seine cet après-midi et j’ai fais une pause sur le pont des arts pour y changer de pellicule (oui, j’ai encore un appareil à pellicule, on ne se moque pas bande de techno-maniacs en puissance).
Il y avait devant moi un couple qui s’embrassait fougueusement. Le garçon regardait sa partenaire avec une passion exaltée ou exaltante qui était impressionnante. C’était cliché mais la soleil crescendo, la tour Eiffel et la Seine qui scintillait en arrière plan rendait cette scène bucolique et douce. Je ne les ai pas zieuté non stop non plus comme mon récit pourrait le faire croire mais après les avoir prit en photo, je me suis levé et en passant à coté d’eux, le garçon après encore un baiser déchaîné a expiré très fort comme pendant le refrain de Girl. Lui semblait euphorique, elle un peu moins… d’où Girl.

La chanson a été enregistré en avril 65′ à Abbey Road pour l’album Rubber Soul. L’histoire voudrait que John y raconte son idéal féminin : « J’ai toujours rêvé qu’elle entrait dans ma vie. Je savais que ce ne serait pas quelqu’un qui achète des disques des Beatles. J’attendais une femme qui serait capable de me donner ce que les hommes me donnent intellectuellement. Je voulais quelqu’un avec qui je pourrais être moi-même. » Il expliquera cinq plus tard dans une interview pour Rolling Stone Magazine qu’il attaque dans cette chanson le concept catholique de la souffrance (« that a man must break his back to eam his day of leisure« ). Il écrira Woman dans cette même idée, mais après maturation, d’où l’évolution du nom en 1980.
La seule anecdote amusante autour de cette chanson est le fait que les choeurs, assurés par Paul Mc Cartney & George Harisson, devait être une onomatopée faisant « dit dit dit dit » mais ils ont préféré « tit tit tit tit » qui veut dire nichon en argot anglais. L’inspiration profonde que l’on entend et qui m’a fait penser à cette chanson, serait un symbole d’une longue inhalation de Marijuana.

PS : La photo est bien celle du garçon de l’article. Cette photo là a été prise avec un numérique.
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s